Rétro 2018. Ils nous ont quittés cette année

L’année 2018 a été marquée par la disparition de plusieurs personnalités marocaines qui ont contribué, chacun dans son domaine, au rayonnement du royaume. Ces intellectuels, hommes politiques, sportifs, artistes et autres acteurs associatifs ont réussi à inscrire leurs noms en lettres d’or dans la mémoire nationale.

Mohamed Karim Lamrani, ancien Premier ministre

Né en 1919, il a occupé le poste de premier ministre à six reprises, sans oublier une longue période passé à la tête de L’OCP. Il est décédé à l’âge de 99 ans. Le défunt a marqué de son empreinte l’Histoire contemporaine du Maroc. Ses passages à la tête du gouvernement se sont soldés par des réformes majeures. Le nom du défunt, qui a occupé des postes de haute responsabilité dans la gestion de la chose publique, a été associé à une série de réformes politiques, économiques et sociales, outre son rôle déterminant au sein de l’Office chérifien des phosphates.

Ahmed Iraqi, ancien secrétaire d’Etat à l’environnement


Ahmed Iraqi, est décédé le 24 janvier à l’âge de 69 ans. Un des leaders du parti de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), feu Iraqi fut nommé en 1998 au poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’environnement, de l’urbanisme et de l’habitat, chargé de l’environnement. Il a publié plusieurs ouvrages scientifiques dans les domaines de la santé, de la pédagogie, du système d’enseignement, de la santé publique, de l’environnement et des sciences humaines.

Ali Skalli Houssaini, auteur des paroles de l’hymne national


Le poéte a tiré sa révérence le 6 novembre à Rabat à l’âge de 86 ans. Le défunt, qui est également l’auteur de nombreuses œuvres, avait remporté en 1982 le Grand Prix du Maroc et reçu, en 1992, le Prix international du Roi Fayçal d’Arabie Saoudite de la littérature d’enfant.

Mimoun El Oujdi, chanteur


Le célèbre chanteur du raï Mimoun El Oujdi s’est éteint, le 3 novembre à Oujda à l’âge de 68 ans. Considéré comme l’une des vedettes de la scène musicale marocaine, il puisait ses chansons dans les sonorités du raï et les rythmes de la région de l’Oriental.

Hamid El Hazzaz, gardien du but


L’ancien gardien du Moghreb de Fès (MAS) et de l’équipe nationale de football, Hamid El Hazzaz, est décédé le 13 janvier à l’âge de 72 ans. Feu El Hazzaz était l’un des plus prestigieux gardiens de l’histoire de l’équipe nationale du Maroc avec laquelle il a remporté la Coupe d’Afrique des nations 1976. Il fut également sélectionné pour la Coupe du monde Mexico-1970 avec le Maroc.

Mustapha Madih, entraineur


L’entraîneur marocain Mustapha Madih est décédé le 04 novembre à l’âge de 62 ans. Madih, qui a dirigé plusieurs clubs notamment le Chabab Al Massira, le Raja Béni Mellal, Hassania d’Agadir et l’Olympique de Khouribga, a été à la barre technique de la sélection olympique ayant remporté la médaille d’or des jeux de la Francophonie au Canada en 2001 et du Onze marocain à la Coupe Arabe (Koweït 2002). Avant son décès, il était entraîneur de l’équipe du Maroc des moins de 17 ans.

Mohamed El Khalidy, gardien du Wydad (alias Yachine)


L’ancien gardien de but du Wydad de Casablanca Mohamed El Khalidy, alias « Yachine », est décédé le 18 juillet à l’âge de 75 ans. Il s’est rendu célèbre, dans les années 1960, par son agilité et ses parades spectaculaires dans la cage du prestigieux club casablancais, d’où son surnom qui faisait référence au keeper légendaire de l’Union soviétique Lev Yachine.