H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    L’ex-président algérien, Abdelaziz Bouteflika (1999-2019) est décédé ce 17 septembre 2021 à Zéralda dans la banlieue ouest d’Alger. De son ascension au pouvoir jusqu’à sa chute en avril 2019 sa vie est demeurée sous les feux des projecteurs, mais un aspect de sa vie a toujours été tenu secret, celui de son enfance passée à Oujda au Maroc.

    L’enfance marocaine de l’ancien président algérien, Abdelaziz Bouteflika, est connue et avérée, mais reste taboue. Bouteflika est né dans la ville de l’Oriental marocain, après que son père Ahmed Bouteflika, originaire de Tlemcen ait quitté l’Algérie en 1930 pour des raisons «économiques» et pour fuir «la répression coloniale».

    Abdelaziz est né le 2 mars 1937 à Oujda. Issu d’une fratrie de cinq enfants dont il est l’ainé. Sa mère, Mansouriah, les élèvera seule après le décès de son mari et continuera à travailler, en tant que gérante d’un hammam. Les Oujdis se rappelaient d’ailleurs d’«un jeune garçon toujours élégant, poli et charmeur».

    La maison familiale, située à l’angle de la rue Nedroma était connue de tous les Oujdis. Bien que restaurée il y a plus d’une dizaine d’années par le consulat d’Algérie à Oujda, la maison qui menaçait ruine sera finalement démolie en 2019.

    La maison de la famille Bouteflika à Oujda./DR

    Mais son enfance au Maroc n’a jamais été évoquée par le président en personne. «Un câble émis le 19 août 2005 par l’ambassade américaine à Alger et révélé par Wikileaks, souligne que Bouteflika a clairement expliqué à une délégation des États-Unis qu’il est né à Oujda, au Maroc», écrit l’écrivain Kamel Daoud pour Slate.

    Mais pourquoi cacher cela ? Kamel Daoud: «Parce que. Les réponses sont du domaine de la psychologie, celle de l’individu ou des foules. Du domaine de la politique et de la pureté de la naissance «nationale», aussi. D’abord dans le cadre de l’ultranationalisme algérien, on est Algérien par généalogie et la nationalité impose la condition du lieu de naissance et celle de la nationalité des géniteurs».

    «Ensuite, il s’agit d’histoires personnelles au plus haut sommet de l’Etat: le Maroc est un frère ennemi assis, on ne peut pas à la fois fermer les frontières, lui faire (ou en subir) deux ou trois guerres de sables, lui tourner le dos pendant qu’il vous tourne le dos, l’accuser de monarchisme par des révolutionnaires vieillis et lui supposer une adversité constante tout en étant né au Maroc», poursuit l’écrivain algérien.

     

    Lire aussi: Abdelaziz Bouteflika: « Son obsession du pouvoir » a causé sa perte, dit son biographe

     

    Les origines de l’ex-président revêtent une importance particulière dans l’histoire du pays voisin.  Lui comme de nombreux autres dirigeants de son époque ont connu et vécu dans cette ville, donnant ainsi naissance au «Clan d’Oujda». Depuis la ville marocaine, le clan participera activement à la Guerre d’Algérie et en sortira vainqueur. Les membres du clan resteront étroitement liés et deux de ses membres dirigeront le pays: Bouteflika, mais aussi Houari Boumédiène (1965-1978).

    Share.

    Comments are closed.