Rentrée scolaire et universitaire 2017-18: Mohamed Hassad expose son programme

1301

Age de scolarisation avancé, enseignement du français en première année du primaire, développement de l’infrastructure des établissements publics, et autres nouveautés ont été mis en avant lors d’un point de presse de Mohamed Hassad à Rabat.

« Cette rentrée scolaire représente un point de rupture avec les expériences précédentes » a déclaré le ministre de l’Education national et de l’Enseignement supérieur Mohamed Hassad lors d’une conférence de presse, ce lundi 18 septembre à Rabat. Un point durant lequel le ministre avait convié différents supports médiatiques pour exposer les nouveautés de la rentrée scolaire et universitaire 2017-2018.

Nouvelles mesures pédagogiques

L’une des plus importantes mesures prises par le ministère de l’Education nationale est l’enseignement du français dès la première année primaire, avec une « approche actionnelle ». Explications du ministre: « Nous comptons enseigner un français pratique et simple, l’enfant apprendra à pratiquer la langue quotidiennement ».

Le ministère a également décidé d’intégrer dans l’enseignement des matières scientifiques des mots et des expressions en français. L’objectif de cette mesure est d’habituer les élèves à maîtriser des notions scientifiques dans plusieurs langues.

Autres nouveautés de cette année scolaire et universitaire, l’avancement de l’âge de scolarisation. En juillet dernier, les parents avaient le droit de scolariser leurs enfants à partir de cinq ans et demi.

Le département de Mohamed Hassad a également ouvert dans 60% des lycées publics au royaume la filière du Baccalauréat international. « Les parents s’intéressent de plus en plus à cette filière qui permet à leurs enfants d’étudier les matières scientifiques avec une langue étrangère », explique le ministre.

Au niveau de l’enseignement supérieur et par « besoin du capital humain » dans certains secteurs, le ministère a augmenté la capacité d’accueil des écoles supérieures à 20% cette année , « 500 places de plus en médecine » affirme Mohamed Hassad à titre d’exemple.

L’infrastructure, petite victoire

Pour Mohamed Hassad, l’amélioration de l’infrastructure et l’atmosphère dans laquelle évolue l’élève est « la base de toute réforme », le ministère compte travailler « d’une manière permanente » sur ce volet.

Le ministère a mobilisé 24.000 enseignants pour cette année scolaire, ce qui a permis selon Mohamed Hassad d’arriver à une moyenne nationale par classe en première année de l’enseignement primaire de 24 élèves par classe. Résultat: 92% des classes ne dépassent pas les 34 élèves. La mobilisation a permis également d’augmenter le nombre des classes au niveau national: 20.299 en 2016-17, et 25.909 pour l’année en cours.

A souligner également, la moyenne nationale des élèves par classe est de 30, « 99% des classes ne dépassent pas les 44 élèves » précise le ministre.

Pour cette nouvelle année scolaire, une grande partie des établissements ont fait peau neuve, ainsi 146.500 nouveaux bureaux pour enseignants ont été installés, 146.500 chaises et 233.000 nouveaux tableaux. « D’ici fin octobre, il n’y aura plus de tableaux noirs pour la craie, nous allons généraliser les tableaux blancs à feutres », promet Mohamed Hassad. Le ministère a également doté les établissements publics de 350.000 nouvelles tables, et là Mohamed Hassad nous confie un petit secret: alors que les anciennes tables coûtaient à l’Etat 1300 dirhams l’unité, les nouvelles tables qui sont de meilleure qualité selon le ministre ne reviendraient qu’à 400 dirhams.