Réforme du code pénal: les libertés individuelles accentuent les tensions USFP/PJD

206
DR.

Attendue depuis des mois, la réforme du Code pénal ne semble pas être pour de sitôt. Au cœur des débats, les libertés individuelles qui déchirent la Chambre des représentants.

Mohamed Ben Abdelkader, ministre de la Justice «cherche un consensus», pour (enfin) conduire la réforme du Code pénal, discutée depuis plus de quatre ans. Un chantier entamé par son prédécesseur PJDiste Mustapha Ramid et dont le groupe parlementaire semble faire bloque contre la prochaine mouture, note le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du 20 février.

 

Lire aussi: Réforme du code pénal: rencontre entre Bouayach et Benchemsi

 

Les PJDiste et les USFPistes, parti auquel est affilié Ben Abdelkader s’écharpent autour des libertés individuelles, précise le quotidien arabophone. Selon des sources proches du dossier, la dépénalisation de l’article 490 sur les relations consentantes entre adultes ne passe pas auprès des islamistes.

 

Lire aussi: Les « hors-la-loi » déposent une pétition au Parlement pour l’abrogation de lois « liberticides

 

Il s’agirait en réalité d’une «crainte d’envenimer les relations», au sein de la majorité, poursuit la même source. Ainsi pour cette réforme léguée par son prédécesseur pjdiste, Mohamed Ben Abdelkader a affirmé son refus des « approches de bricolage », concernant les questions des droits de l’Homme et des libertés, lors de l’émission Confidences de presse de 2M, le 16 février.