«Rééducation des Marocains»: le bureau politique du RNI au secours d’Akhannouch

2388
Réunion du bureau politique du Rassemblement national des indépendants (RNI). Crédit: DR

Après le tollé et les critiques acerbes qui ont suivi les déclarations de Aziz Akhannouch sur la «rééducation des Marocains», le bureau politique du Rassemblement national des indépendants (RNI) a soutenu, dans un communiqué, les déclarations de son président.

«Le Bureau politique refuse de classer les grossièretés et le vocabulaire insultant qui portent atteinte aux constantes nationales, dans la case des “expressions populaires” qui doivent être écoutées et traitées», a indiqué le parti de la colombe dans son communiqué publié à l’issue de sa réunion du lundi.

Quant au «dépassement des procédures juridiques» pour répondre à certaines «formes d’expression», fortement critiqué par ses rivaux politiques, l’instance dirigeante du RNI a considéré que «cette responsabilité («traitement» des expressions populaires) est une responsabilité collective qui ne concerne pas que la justice». Elle «devrait s’étendre à tous les citoyens qui tiennent à leurs valeurs, constantes et histoire ainsi que leur avenir», estime le parti d’Ahmed Osmane.

 

Lire aussi: Vidéo. Benkirane à Akhannouch: «L’éducation des Marocains, ce n’est pas ton affaire»

 

«Partant de sa foi dans les droits de l’homme, les libertés publiques et individuelles et les convictions de toutes ses structures et ses bases », le RNI affirme «qu’il ne restera pas les bras croisés et ne cautionnera pas des comportements déviants sous prétexte qu’il s’agit d’un nouveau genre d’expression».

«L’expression est un droit de l’homme garanti par la Constitution, la loi et les coutumes, sauf que l’insulte, l’injure et le blasphème n’ont jamais été des formes d’expression», poursuit la même source.

«Alors que des partis politiques ont appelé à interagir avec les nouvelles formes d’expression (les coups de gueule des youtubeurs comme Moul Lkaskita ou en le Hirak du Rif à l’instar du PPS ndlr), le RNI a pris une position différente, voire critique de cet appel», indique Al Massae dans son édition du mercredi 18 décembre.

 

Lire aussi: Vidéo. «Celui qui est malpoli, nous allons le rééduquer», les propos d’Akhannouch qui font polémique

 

«En harmonie avec ses positions, le Bureau politique affirme que le RNI n’a jamais cédé sur la défense des constantes et des institutions et restera fidèle à ses principes, valeurs et identité qui placent les constantes au-dessus de toute considération», peut-on lire dans ledit communiqué.

Il y a lieu de rappeler que la déclaration, «Celui qui est malpoli, nous allons le rééduquer», lancée samedi 7 décembre par Aziz Akhannouch lors d’une rencontre des RNIistes du monde organisée à Milan en Italie a provoqué des réactions « à droite » comme « à gauche » très virulentes vis-à-vis du patron du RNI.

La dernière en date est celle de l’ancien Chef de gouvernement, Abdalilah Benkirane, qui lui a demandé de présenter des excuses aux Marocains.