Reconnaissance américaine du Sahara marocain: le Polisario furieux

4377
Mohamed Salem Ould Salek, “ministre des Affaires étrangères” de la RASD.

Le Front Polisario a promis de poursuivre les combats au Sahara occidental, au lendemain de la décision du président américain Donald Trump de reconnaître la souveraineté marocaine sur ce territoire, a déclaré vendredi à l’AFP le chef de la diplomatie sahraouie.

« Les combats se poursuivront jusqu’au retrait total des troupes marocaines d’occupation », a affirmé Mohamed Salem Ould Salek, ministre des Affaires étrangères de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

Le Polisario fait état quotidiennement d’échanges de tirs le long du mur de sable qui sépare les deux camps depuis la rupture le 13 novembre du cessez-le-feu en place depuis 1991.

La décision américaine est « nulle et non avenue », a répété M. Ould Salek, en soulignant que la communauté internationale « ne reconnaît et ne reconnaîtra aucune souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental ».

La souveraineté sur le Sahara occidental « appartient exclusivement au peuple sahraoui », a-t-il insisté.

Le président américain, qui quittera la Maison Blanche le 20 janvier, a signé jeudi une proclamation reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara, en même temps qu’il annonçait que Rabat s’était engagé à normaliser ses relations avec Israël.

De son côté, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a fait savoir que sa position était « inchangée » sur le Sahara occidental et que « la solution à cette question peut toujours être trouvée sur la base des résolutions du Conseil de sécurité ».

Dimanche, lors du dernier sommet de l’Union africaine – dont la RASD est membre fondateur -, la question du Sahara occidental a été réinscrite à l’agenda du Conseil de paix et de sécurité (CPS).

Les négociations menées par l’ONU et impliquant le Maroc et le Polisario avec l’Algérie et la Mauritanie sont suspendues depuis des mois.