Reconfinement ou pas, la question divise toujours le gouvernement

4870

Les chiffres de contaminations et de décès ont atteint des pics sans précédent ces derniers jours. Malgré la crise sanitaire qui s’accentue, le gouvernement ne parvient pas à trouver un consensus pour décider d’appliquer ou non un reconfinement.

«La courbe croissante des cas de contamination à la Covid-19, de malades en situation critique et de décès, exige de donner l’alerte au niveau national», a affirmé le chef du gouvernement Saad Eddine El Otmani, cité par le quotidien Al Massae qui titre sur la situation sanitaire inquiétante ce mardi 10 novembre.

En effet, les cas actifs au Maroc, à la date du 9 novembre, s’élèvent à 42.690, après la découverte 3.170 nouveaux cas d’infection au coronavirus. Le nombre de décès est passé à 4.356, avec 84 nouveaux cas recensés en 24 heures, soit un taux de létalité de 1,7%.

Le nombre de cas sévères ou critiques est lui aussi alarmant. A l’heure actuelle, ils sont au nombre de 959, dont 73 placés sous intubation. Le taux d’occupation des lits de réanimation dédiés au Covid-19 s’élève à 36%, selon le ministère de la santé.

Un mois plus tôt, soit le 9 octobre, le Maroc comptait 20.846 cas actifs, un chiffre qui a donc doublé en un seul mois. Mais bien que le taux de létalité soit resté inchangé, les cas graves ou critiques n’étaient à l’époque que 425 dont 33 étaient sous intubation.

 

Lire aussi: Covid-19: avec des services de réanimation débordés, Casablanca proche d’un reconfinement

 

Et c’est à Casablanca que ces chiffres inquiétants se concentrent essentiellement. Une situation qui fait planer la menace d’un retour au confinement depuis plusieurs semaines déjà. Si ces rumeurs persistantes ont été démenties une première fois, un retour au confinement demeure une option, affirmait début novembre le chef du gouvernement.

Une option qui serait encore sur la table mais qui continue de diviser le gouvernement révèle le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du 10 novembre. La discorde entre membres du gouvernement est palpable, indique le quotidien, avec d’un côté certains membres du gouvernement qui défendent bec et ongles un retour au confinement drastique, alors certains estiment qu’il serait néfaste pour l’économie nationale.

C’est le cas de Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, qui s’est réjoui du manque de cohésion au sein du gouvernement, et n’a pas hésité à tâcler le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb. «Le ministre de la Santé nous aurait imposé un confinement total qui aurait été une catastrophe pour l’économie de notre pays» a martelé, affirmant qu’il a toujours été contre le confinement total.

 

Lire aussi: Le reconfinement, « une option » selon El Othmani

 

Et les divergences avec le ministre de la Santé se font au grand jour. Ce dernier affirmant que les respirateurs et les lits de réanimation fabriqués au Maroc ne sont pas conformes et n’ont pas été validés. Et El Alamy de rétorquer: si la pandémie persiste et si le pays a besoin de ces appareils respiratoires, il existe des potentialités marocaines capables de les fabriquer.

Selon El Alamy, un reconfinement conduirait la pays à une récession économique très dangereuse. Un avis partagé par le chef du gouvernement récemment quand il déclarait devant les parlementaires qu’«économiquement et socialement, les choses se sont bousculées à cause de l’impact du Covid-19. L’impact sera également ressenti en 2021.»