Rapport: qui se cache derrière la campagne de boycott?

Selon une étude menée par une agence française, dont le magazine Jeune Afrique (JA) a publié les conclusions, la campagne de boycott contre la vie chère aurait été menée par des internautes activistes et politisés. Les détails.
Qui se cache derrière la campagne de boycott qui a visé les stations-service Afriquia, l’eau Sidi Ali et le lait de Centrale Danone? La question a nourri tous les fantasmes depuis le début de la campagne en mai dernier.
IDS Partners, une agence française de communication spécialisée dans l’analyse des données et l’élaboration de stratégies d’influence, a publié un rapport de 33 pages sur «la dynamique cachée du boycott marocain», dont Jeune Afrique a publié quelques bribes, apportant quelques éléments de réponse à cette énigme.
Lire aussi: Sondage: 79,8% des Marocains soutiennent la campagne de boycott de certains produits
Pour établir ce rapport, IDS Partners s’est basé sur près de 38.000 tweets émis par 11.149 utilisateurs. Or, précise JA, quand on sait que le taux de pénétration de Twitter au Maroc, on est en droit de douter de la pertinence de la méthodologie empruntée par la société française spécialisée en communication.
Une campagne télécommandée
Premier constat qui ressort de ce rapport: « C’est en avril et en mai 2018 qu’ont été créés une importante partie des comptes actifs dans le cadre du boycott.» Des internautes auraient donc rejoint le réseau social Twitter afin de relayer la campagne.
Plus pertinente est l’origine de cette campagne. Selon ce rapport «certains utilisateurs ont pu être enclins à constituer une petite armée digitale à même d’accorder davantage de visibilité au mouvement…» En clair, la campagne n’a donc pas été spontanée à 100%, mais aurait bénéficié du soutien de personnes organisées et capables d’appréhender les réseaux sociaux de manière structurée.
Lire aussi: Vidéo. « Ceci n’est pas un jeu », Akhannouch réagit à la campagne de boycott
Le rapport écarte la thèse selon laquelle la campagne a été menée par des personnes motivées par le seul mécontentement social et affirme qu’elle a été plutôt pilotée par des internautes assez engagés et politisés, aux vues semblent-ils plutôt conservatrices.