Ramadan: flambée des prix des produits alimentaires

Les prix de plusieurs produits alimentaires ont connu une très forte hausse à l’occasion du mois de ramadan. Les commerçants profitant de ce mois de forte demande pour maximiser leurs bénéfices en augmentant les prix.

Les prix de plusieurs produits de première nécessité ont connu une forte hausse à l’occasion du mois de ramadan. Parmi les aliments les plus touchés par cette hausse, on retrouve le poisson. Un kilogramme de sardines coûte en effet aujourd’hui plus de 15 DH, celui de la sole coûte 70 DH tandis que celui du merlan dépasse les 80 DH et celui des crevettes les 100 DH/le kg.

 

Lire aussi: Vidéo. Pendant ramadan, les prix du poisson retrouvent la pêche

 

La viande a elle aussi connu une hausse considérable, le prix d’un kg de viande atteignant les 95 DH. Le prix du poulet a quant à lui augmenté d’environ 7 DH. Quant aux légumes, plusieurs consommateurs ont été surpris de voir les prix des oignons atteindre les 15 DH le kilogramme alors qu’ils ne dépassaient pas les 5 ou 6 Dh le kg. La hausse des prix a également touché les tomates qui se vendent à 8 ou 9 DH dans certains quartiers, tel que le cite le quotidien Al Massae dans sa parution du mardi 6 mai.

Selon Al Massae, ce serait les grossistes qui auraient élevé les prix, suivis par les intermédiaires. Ces derniers profiteraient de la forte demande pour élever les prix et ainsi maximiser leurs bénéfices.

 

Lire aussi: Vidéo. Ramadan: comment se nourrir sainement

 

Afin de protéger les consommateurs, le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance Lahcen Daoudi a appelé, lundi, les citoyens à dénoncer toute augmentation des prix des denrées alimentaires, le monopole et la commercialisation de produits alimentaires périmés, via le numéro de téléphone national 5757, dédié à la réception des réclamations et observations des consommateurs par le ministère de l’Intérieur, ou les autres numéros téléphoniques mis en service par le ministère délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance et le ministère de la Santé.