Qui est Fatema El Hassani, la nouvelle présidente de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima?

4398
Fatima Hassani au côté du Wali de la région Tanger Tétouan El Hoceima Mohamed Mhidia. Dr

La journaliste et ancienne vice-présidente du SNPM Fatema El Hassani vient de succéder à Ilyas El Omari à la présidence du Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. L’ancien secrétaire général du PAM a démissionné de ce poste fin septembre.

Fatima El Hassani a été élue à l’unanimité, remportant les 63 votes des membres du Conseil, suite au retrait de la candidature de son adversaire, Said Khairoun, du Parti de la Justice et du Développement (PJD), avant le début de l’opération de vote.

L’ancienne journaliste de l’agence Maghreb arabe presse (MAP) est connue comme une syndicaliste qui défend farouchement les droits des journalistes. En 2015, elle a mené une longue bataille contre la direction de l’agence officielle après avoir dénoncé la nomination du directeur de l’information de l’agence à Bruxelles en tant que chef de pôle sans appel à candidature.

Bien qu’elle est réputée proche du «courant du futur» au sein du PAM, conduit par des dirigeants opposés à l’actuel secrétaire général du parti, Hakim Benchamach, El Hassani a réussi à récupérer l’ensemble des voix palmistes.

Une photo de groupe prise ce matin par El Omari avec El Hassani et également le député de la région d’Al Hoceima et chef du groupe parlementaire de l’Istiqlal, Noureddine Mediane. Crédit: DR

 

Lire aussi: Tanger: Ilyas Elomari démissionne de la présidence de la région, fin de sa carrière politique?

 

Par ailleurs, le Wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, gouverneur de la préfecture de Tanger-Assilah, Mohamed Mhidia, qui s’exprimait à l’ouverture de la session, a indiqué que celle-ci s’est tenue conformément à la loi organique n°111-14 relative aux régions, et à la décision du ministre de l’Intérieur n°19/2 du 17 octobre 2019, portant sur l’ouverture des candidatures pour le poste de président du Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, suite à la démission de l’ancien président de son poste.