Procès du Hirak: Zefzafi et les détenus décident de boycotter les audiences (Documents)

2749

Plusieurs détenus du Hirak du Rif, dont Nasser Zefzafi, ont décidé de boycotter les séances du procès car, selon eux, la Cour ne serait pas indépendante du Parquet. Ils ont demandé à leur défense de garder le silence.
Ce mardi et contre toute attente, les détenus du Hirak du Rif ont quitté le Tribunal. Ils ont annoncé à la Cour qu’ils n’assisteront plus aux audiences et ce, pour protester contre les conditions dans lesquelles se déroule le procès.
Au début de l’audience d’aujourd’hui, Nasser Zefzafi a demandé au juge la parole et a informé la Cour de la décision des détenus de ne plus assister aux séances du procès. Pour expliquer cette position, Zefzafi a accusé la Cour d’être impartiale car ses décisions sont globalement en faveur du parquet. Le leader du Hirak a aussi dénoncé l’utilisation des déclarations des témoins pour «concocter» des accusations inexistantes contre les détenus. Il a conclu son allocution en demandant à sa défense de garder le silence.
Surpris, les avocats de la défense ont demandé au juge de suspendre la séance, le temps de consulter les détenus et essayer de les en dissuader. Le Parquet et la Cour ont donné leur accord et après plusieurs minutes de consultations et d’échanges, les détenus ont campé sur leur position.
«On a essayé de convaincre les détenus de rester et de continuer à assister au procès mais leur décision était irréversible», nous déclare Asma Elouadie, une avocate des détenus du Hirak.
«Les détenus nous ont expliqué qu’ils sentent que ce procès est injuste et que les peines et les sentences sont déjà prêtes et que leur présence n’est qu’un accessoire. Ils ont décidé de se retirer pour ne pas donner plus de crédibilité à ce procès», ajoute-t-elle. «Les avocats de la défense ont décidé d’assister aux séances mais ils garderont le silence, conformément à la volonté de leurs clients», conclut l’avocate.