Procès de Hajar Raissouni: le médecin poursuivi avait été décoré par le roi

à 20:30

La première audience du procès de la journaliste Hajar Raissouni, poursuivie en détention en même temps que son fiancé, son médecin, un infirmier et une secrétaire, a réservé une grosse surprise. Le gynécologue arrêté avait été décoré par le roi en 2015 !

L’avocate du gynécologue obstétricien, Dr. Mohamed Jamal Belkeziz, arrêté samedi dernier dans le cadre de la même affaire, a lancé une bombe lors de sa plaidoirie en faveur de son client, a indiqué sous le sceau de l’anonymat une source de la défense de la journaliste dans une déclaration à H24Info.

Tout en insistant sur le fait que son client disposait de toutes les garanties pour bénéficier de la liberté provisoire, Mme Myriam Moulay Rachid Sellami a étayé son propos en affirmant que celui-ci «avait été décoré du Wissam Al-Moukafa Al-watania (ordre du mérite national) que lui avait accordé le roi Mohammed VI en 2015».

 

LIRE AUSSI: Vidéo-Diapo. Affaire Hajar Raissouni: le CNDH sort de son mutisme, les activistes organisent un sit-in devant le tribunal

 

«Mon client a eu le privilège d’être décoré par le roi. Croyez-vous, M. le juge, que le Directeur du Protocole et de la Chancellerie n’a pas su que ce médecin pratique illégalement l’avortement », s’est-elle insurgée. Et de s’interroger: «Le roi pourrait-il décorer un médecin habitué à pratiquer des avortements?».

L’avocate a tenu, par ailleurs, à souligner que son client âgé de 68 ans a des problèmes d'audition et qu'il lui a été interdit de changer la pile de son appareil auditif. Selon elle, il a été interrogé par la police sans son appareil. Idem dans son passage devant le procureur du roi et devant le juge. «Peut-être qu’il n’arrive même pas à déchiffrer ce qu’on dit», a-t-elle ironisé nous apprend la même source.

Pour rappel, la journaliste Hajar Raissouni, âgée de 28 ans, a été placée en détention après son avoir été arrêtée le 31 août à la sortie d'un cabinet médical de Rabat. Son arrestation ainsi que celle de son fiancé et de son médecin a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux et suscité la colère et l’indignation d’activistes et d’acteurs de la société civile.

Enfin, le tribunal de première instance de Rabat a décidé de reporter le procès de la journaliste Hajar Raissouni, poursuivie en détention pour “avortement illégal” et “relations sexuelles extraconjugales”.