Portrait. Youssef Haijoub, l’homme qui a fait venir Renard

4830

Agent Fifa, conseiller du coach des Lions de l’Atlas Hervé Renard et de Diego Maradona, Youssef Haijoub se confie à H24Info et nous raconte tout sur son métier.  

En mars 2013, un jeune marocain inconnu dans le milieu du football fait une sortie médiatique des plus surprenantes. Sur TF1, Youssef Haijoub se présente en tant qu’agent de Maradona et affirme que la légende de L’Albiceleste est proche de rejoindre le HSC Montpellier en tant qu’entraîneur. La déclaration enfièvre la Ligue 1, mais ne se concrétise pas. Youssef Haijoub se fait depuis un nom dans les médias de l’Hexagone.

https://youtu.be/kaJqjr8sQl4

À peine 31 ans, Youssef Haijoub est une figure influente dans le milieu des agents de matches au niveau international, grâce à son statut de plus jeune organisateur de rencontre agrée par la FIFA.  Youssef Haijoub est à ce propos le seul Marocain à avoir décroché la confiance de l’instance suprême du football mondial.

Avant cela, Youssef Haijoub a dû batailler pour se frayer un chemin dans le milieu du ballon rond. Ce natif d’Agadir quitte le Maroc à 17 ans, alors qu’il jouait pour les espoirs de la Hassania d’Agadir, pour un programme Sport-étude à Nancy. « J’ai côtoyé là-bas Youssef Hadji et Monsef Zarka qui jouait également pour le club lorrain », se souvient-il.

Son rêve de devenir joueur professionnel ne se réalisera malheureusement pas pour Haijoub à cause d’une blessure au genou. « Je n’ai pas baissé les bras, et il fallait trouver une issue de secours en attendant, des alternatives pour ma carrière souhaitée », raconte-t-il. Youssef Haijoub poursuit ses études en Management sportif et fait entre temps du sifflet son métier. Il pratique l’arbitrage dans les divisions nationales en tant qu’arbitre amateur, en attendant la fin de son cursus estudiantin. « J’avais eu l’occasion d’arbitrer des matchs amicaux hors dates FIFA en France. C’était entre le Cameroun et la Côte d’Ivoire, ça m’avait permis de croiser Eto et Didier Drogba », se rappelle Haijoub.

Youssef Haijoub, arbitre au milieu.

Le talent ne s’apprend pas, mais se travaille. Et Youssef Haijoub n’en manquait pas. Avec Sport Global Management, société résidente à Genève qu’il rejoint en 2010 en tant que directeur-manager, Youssef développe son savoir faire dans le domaine et enchaîne dans un temps record les réussites avec son enseigne. Il décroche le marché de commercialisation et d’organisation du tournoi international de Toulon moins de 23 ans en France, mais réussit surtout à faire venir le Fc Barcelone et l’Atlético Bilbao au Maroc, pour deux matches amicaux contre le Raja de Casablanca en 2012. Deux ans après, Youssef permettra au Raja de Casablanca d’effectuer sa tournée Pré saison, qui le mènera à affronter en Espagne des équipes comme le Cordoba FC, l’Elche FC et le club d’Algésiras. En 2015, Youssef n’oublie pas les siens et ramène le FC Séville pour un match amical contre son club de cœur: la Hassania d’Agadir.

Les réussites récurrentes augmentent l’appétit du Marocain de la FIFA. Confiant de sa notoriété qu’il a acquise en 6 ans de profession avec  Sport Global Management et la FIFA, Youssef Haijoub choisit son propre chemin et crée sa propre agence Mcsport. Il en est le PDG depuis janvier 2016. Dynamique et n’est pas le genre à faire le mort, Youssef fournit depuis un moment ses services consultatifs et ses conseils aux entraîneurs, anciens footballeurs, et aux dirigeants des fédérations. L’image de marque qu’il s’est faite au cours de toutes ses années lui a également ouvert les portes des chaînes internationales comme France 24 en tant que consultant et analyste.

https://youtu.be/GCzgD8_-srI

Il a fait venir Renard au Maroc

En février 2014, Youssef Haijoub suscite la polémique encore une fois, et cette fois-ci au Maroc. Alors qu’il était conseiller d’Hervé Renard, Haijoub déclare à la presse que le technicien français double champion d’Afrique serait bien le prochain coach des Lions de l’Atlas, et qu’il planifie de remporter la CAN 2015, qui était prévue au Maroc. Quelques semaines plus tard, Hervé Renard alors entraîneur du FC Sochaux affirme qu’il ne veut pas continuer avec le club français, et qu’il pourra prendre les commandes de la sélection nationale. « J’avais signé avec mon agent (Youssef Haijoub,ndlr). On a eu des contacts avec le Maroc, mais depuis, il y a eu beaucoup de péripéties à la fédération et ils sont dans une situation qui s’éternise », déclarait en 2014 Renard à Canal+.

Youssef nous fait une petite confession dans ce sens. « En fait, j’ai proposé pour la 1ère fois Renard au Maroc en 2011, un membre de l’ancienne fédération m’a dit: Renard ne mérite même pas d’être un sélectionneur de jeunes. Juste 1 an après, il gagne la CAN avec la Zambie en 2012.  Je le propose une 2e fois en 2014 à la nouvelle fédération, mais le choix s’était porté sur un coach local Badou Zaki ».

Youssef Haijoub & Hervé Renard, un an avant son arrivée au Maroc.

L’arrivée du « sorcier blanc » au Maroc tarde à venir, mais se concrétise deux ans plus tard. Le double champion d’Afrique avec la Zambie en 2012 et les Ivoiriens en 2015 confirme les dires de son agent Youssef Haijoub, et succède à Badou Zaki le 16 février 2016 à la tête de l’équipe nationale marocaine. « Hervé voulait venir au Maroc, son arrivée n’a fait que tarder à cause de l’annulation de la CAN au Maroc en 2015 (…). Mais il n’a jamais cessé de m’expliquer qu’il aime le Maroc, et qu’il veut y travailler », nous confie Youssef. Et de poursuivre: « Hervé Renard estimait qu’il était dommage qu’un pays avec des joueurs de haut niveau en Europe et une bonne infrastructure ne puisse faire de bons résultats ».

La relation entre les deux hommes ne date pas d’aujourd’hui. Youssef Haijoub travaille avec l’actuel coach des Lions de l’Atlas depuis son arrivée en Afrique en 2008. « Hervé Renard est une vieille connaissance. Je l’ai connu quand il était adjoint de Claude Leroy avec le Ghana », affirme Haijoub. Selon lui, le coach des Lions de l’Atlas est » un compétiteur » qui ne court pas forcément derrière de l’argent. « Il était toujours comme ça, un homme qui aime gagner, ambitieux. Quand on était en négociation avec la fédération, il avait une offre beaucoup plus intéressante au niveau financier, mais il a préféré le Maroc pour le projet qu’il veut entamer avec les dirigeants du foot dans le pays », affirme-t-il. .

Youssef ne cache pas sa fierté après la qualification des Lions de l’Atlas en Coupe du monde 2018 en Russie. « Je reste fier de cette réalisation, j’ai pu emmener un bon projet pour le Maroc (…). Je savais que Renard veut aller en Coupe du monde et qu’il n’allait pas quitter les Lions avant de réaliser son rêve », nous confie Youssef Haijoub.

Le seul Marocain de la FIFA témoigne également de la bonne ambiance au sein de la sélection nationale. « Beaucoup de choses ont changé dans l’atmosphère des Lions. J’étais au Gabon pendant la CAN et j’ai vu une équipe solide, des joueurs confiants, et un esprit d’équipe. Ça ne me surprend pas, je m’y attendais (…). Il nous a fallu un peu de réussite pour battre l’Égypte », témoigne Haijoub, qui n’est que le chargé de l’organisation des matches amicaux de l’équipe nationale égyptienne, ironie du sort.

« Diego allait venir au Raja »

Même s’il n’a pas réussi à ramener Diego Armando Maradona à Montpellier, Youssef Haijoub conseiller de la star argentine, avait permit  en 2012 à son client de prendre les commandes du club d’Al Wasl du Qatar, dans un moment critique où la légende du football argentin vivait une crise financière sans précédent et devait trouver des ressources pour surpasser ses difficultés matérielles.  « Il avait des problèmes de défaut de paiement en Italie, plusieurs millions d’euros à payer du temps où il jouait encore pour Napoli, il fallait donc lui trouver un club », nous raconte Haijoub.

La légende de ‎L’Albiceleste allait également faire un passage au Maroc. « En 2012, Diego allait venir au Raja, mais comme il n’avait pas encore passé son diplôme d’entraîneur, on avait proposé au président Boudrika que Maradona rejoigne le Raja en tant que conseiller », nous révèle Youssef Haijoub. « Les dirigeants avaient accueilli à bras ouverts l’offre, Diego était également motivé, mais nous n’avons pas trouvé un accord financier », nous lance le jeune Youssef avec désolation. Et il renchérit avec humour: « l’avenir cache des surprises, on ne sait jamais ce qui peut arriver ». L’enfant terrible d’Agadir est décidément conscient qu’il a le vent en poupe.