A Rabat, l’oued Bouregreg victime «du jus de poubelle»

Crédits photo: Abdellatif Soudou, élu de la ville de Salé

Le gouvernement a (enfin) révélé les causes de la pollution de l’Oued Bouregreg. Parmi elles, celle du débordement de lixiviat est en passe de provoquer une véritable catastrophe écologique.

Dans sa réponse au député Omar Balafrej (FGD), le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah a dévoilé les résultats de la commission technique mixte formée pour se pencher sur la pollution récente et sans précédent de l’oued Bouregreg.

Selon cette commission, la cause principale n’est autre que la météo. «Les fortes pluies enregistrées ces derniers mois ont provoqué de forts afflux vers l’Oued», rapporte le quotidien Al Massae citant la lettre du ministre.

Ces forts afflux ont été de trois types, à savoir, des eaux usées de la ville de Salé, des rejets de la station d’épuration d’Ain Aouda, ainsi que du lixiviat de la décharge d’Oum Azza.

 

Lire aussi: Scandale écologique au Bouregreg: des milliers de tonnes de lixiviat déversées dans la mer

 

Par ailleurs, le ministre affirme que les analyses effectuées sur les prélèvements dans l’Oued Bouregreg, ont démontré que «le taux d’oxygène dans l’eau est resté dans les normes, et qu’aucun poisson n’est mort», poursuit la même source.

Des aveux en demi-teinte

La théorie concernant un déversement de lixiviat avait été pointée par les députés de la FGD dès lors où l’affaire a éclaté. En 2019 déjà, le parti alertait sur les risques d’une catastrophe écologique.

Mais les aveux en demi-teinte du ministre ne semblent pas convaincre. Du côté de la FGD, on souligne que la véritable cause n’est autre que débordement du lixiviat. En effet, selon Omar El Hayani, conseiller FGD contacté par nos confrères de Médias24, «les autres causes citées existaient auparavant» et de ce  fait, «l’événement qui a causé cette pollution est le débordement du lixiviat vers l’oued Akreuch, qui est l’un des affluents de l’Oued Bouregreg».

Le lixiviat, littéralement «du jus de poubelle» est un le «liquide résiduel engendré par la percolation de l’eau et des liquides à travers une zone de stockage de déchets ou de produits chimiques». Son stockage est très réglementé et contrôlé, car il pourrait polluer les sols et les nappes phréatiques, ce qui provoquerait une véritable catastrophe écologique.

 

Lire aussi: La pollution dans l’Oued Bouregreg menace tout un écosystème

 

Dans ce sens, le ministre de l’environnement note également dans sa lettre les recommandations formulées par la commission technique. Cette dernière plaide pour une modernisation des projets d’assainissement surtout dans des quartiers dont les eaux usées se déversent dans l’oued, en plus de la mise en place de bassins de stockage de lixiviait dans les décharges existantes, afin (d’enfin) le traiter.

Pour rappel, à la mi-mars, les riverains de Rabat et Salé ont été surpris de voir apparaître des taches noirâtres dégageant de fortes odeurs nauséabondes dans le fleuve. Des conseillers de la ville de Rabat, dont le député Omar Belafrej (Fédération de la gauche démocratique), avaient alors alerté l’opinion publique et les autorités sur cette catastrophe écologique.