Vidéo. Sauver l’unité du PJD, le défi du Conseil national de ce samedi

104

Le Conseil national du PJD s’est réuni ce samedi matin, 15 juillet à Rabat. Objectifs: préparer le huitième congrès du parti, mais également résoudre les conflits internes qui divisent la formation islamo-conservatrice.

Adopter la procédure de délégation des congressistes qui prendront part au huitième congrès du PJD et qui devraient être au nombre de 2300, et valider la date du prochain congrès proposé de se tenir les 9 et 10 décembre prochains, tels sont les points à l’ordre du jour de ce samedi matin15 juillet à Rabat, lors du Conseil national du PJD, premier du genre après la formation du gouvernement dirigé par Saad Eddine El Othmani.

Censé débattre d’aspects purement organisationnels, ce rendez-vous sera sans conteste une occasion, pour deux courants divergents du PJD, de partager chacun son bilan d’étape de la situation du parti et son point de vue sur l’actualité, notamment à propos des événements d’Al Hoceima et de leur gestion.

Dans une déclaration avant le démarrage de cette réunion fermée à la presse, El Othmani, président de ce conseil national a appelé ses troupes «à la raison et à être à la hauteur de l’instant historique que traverse le parti et le pays ».

«Il faut prendre en considération le positionnement du PJD et sa responsabilité en tant que formation qui gère la chose publique», a souligné El Othmani.

Ainsi d’un côté, le courant qui soutient Benkirane est très critique vis-à-vis du gouvernement El Othmani, et ce depuis sa nomination en avril dernier. Dans ce sens, le courant pro-Benkirane met la pression pour amender l’article 16 du statut du PJD afin de permettre à ce dernier de briguer un troisième mandat à la tête du parti.

D’un autre côté, le courant des ministres défend l’idée «qu’on ne change pas les règlements internes du parti au profit des personnes». C’est ce qu’a d’ailleurs relevé Lahcen Daoudi, membre du secrétariat général du PJD, ajoutant que «si des décisions sont prises contre mon opinion personnelle, je m’y soumettrai».

Mais qu’importe les divergences, les membres du parti de la lampe sont plus que jamais décidés à résoudre les conflits internes qui les opposent.

A cet effet, Abdellilah Benkirane a lancé ses messages aux membres du Conseil national ce samedi: «resserrer les rangs» et sortir plus fort de cette rencontre, pour « continuer le chemin tracé par le parti ».