Vidéo. «Libérez nos détenus!», l’appel du colloque sur Al Hoceima

111

L’ouverture du colloque autour de la situation à Al Hoceima, ce vendredi, a été marquée par l’intervention émouvante de la soeur d’un détenu du Hirak. Un témoignage adopté comme premières recommandations du colloque.

«Libérer les détenus du Hirak, suspendre les poursuites judiciaires à l’encontre des activistes d’Al Hoceima et réduire le déploiement des forces de l’ordre dans la région».

Telles sont les premières recommandations du colloque national autour de la situation dans le Rif ce vendredi 16 juin.

«Nous adoptons intégralement comme premières recommandations de ce colloque, le témoignage de Hayat, sœur de Badr, un des militants arrêtés», a déclaré en conclusion de la séance d’ouverture Mohamed Essrifi, président du comité organisateur de ce colloque organisé par la Région d’Al Hoceima et auquel ont participé divers ministres outre des proches des militants du Hirak.

Et c’est un témoignage poignant qu’a livré Hayat, sœur de Badr Boulahjar, alias Badr Agraf.

 

 

«On ne veut pas de dialogue, on veut des actes. On ne veut plus qu’on réponde à nos revendications sociales, on veut la liberté de nos détenus. Parce que c’est pour que nos jeunes vivent mieux que ces protestations ont éclaté», a soutenu Hayat.

Cette dernière a ému l’audience en racontant comment son frère a été arrêté alors qu’il partait chercher les médicaments pour sa mère, comment sa fille de 5 ans a appris par cœur les slogans des militants pour, dit-elle, aller rejoindre son oncle en prison. Ou encore comment Hayat a été traitée par la police alors qu’elle scandait «Vive le Roi !».

Par ailleurs, cette séance d’ouverture n’a pas été dénuée de heurts. Colères, tensions, malentendus, larmes… ont jalonné cette rencontre à l’image de la situation à Al Hoceima.