Vidéo. Benkirane: « J’ai plusieurs fois dissuadé El Othmani de démissionner du gouvernement »

4148

Abdelilah Benkirane secrétaire général du PJD s’est exprimé dimanche matin 19 novembre lors d’une rencontre organisée par la jeunesse de son parti sur la crise que traverse le parti.

Benkirane est revenu dernièrement sur la crise que traverse le parti et qui menace son unité. Une tension qui a, selon Benkirane, poussé «à deux ou trois reprises» l’actuel chef du gouvernement à vouloir déposer sa démission. À ce sujet, Benkirane a révélé, lors d’une rencontre organisée dimanche matin par la jeunesse de son parti, qu’il a à chaque fois dissuadé El Othmani de démissionner.

«Je l’ai contacté pour m’enquérir auprès de lui pour savoir s’il s’agit de sa propre volonté ou s’il a été poussé en haut lieu à démissionner. Je lui ai alors dit que ‘tant que le roi tient à ce que tu restes dans ce poste, il faut que tu restes’», a confié Benkirane.

«Parce que le roi t’a (ndlr El Othmani) désigné à ce poste au nom de notre parti(…). Il s’agit d’un pacte entre toi et le roi qui concerne en premier lieu l’intérêt de l’État», a expliqué Benkirane à propos de son échange avec El Othmani.

Et d’ajouter: «Nos ennemies tentent tant bien que mal de créer des conflits entre la monarchie et nous. Mais ils ne réussiront jamais quitte à ce que notre parti en paye le prix et disparaisse. Parce que l’État est encore plus important que notre parti. Parce nous ne sommes pas un courant révolutionnaire putschiste qui baisse aujourd’hui l’échine pour des raisons tactiques. Nous sommes un vrai courant réformiste».

Troisième mandat: tout le monde doit se conformer à la décision finale du parti

Concernant un troisième mandat, Benkirane a indiqué que débat sur cette question ne le dérange aucunement. « Ce qui me dérange c’est que certains promettent de quitter le parti si je suis réélu… », a-t-il déclaré.

Et de conclure: « Des fois, je me dis que ce sont les opposants à un troisième mandat qui ont raison. D’autres fois, je pense le contraire… mais le plus important dans tout cela, c’est que le débat ait lieu, que l’unité du parti soit maintenue et que, qu’importe la décision des congressistes, tous les membres du parti acceptent ce que décideront démocratiquement nos instances au final ».