Les propos d’un député PJD provoquent la colère d’Akhannouch

258

Les déclarations d’un parlementaire PJD visant Aziz Akhanouch, président du RNI et ministre de l’Agriculture, de la Pêche et des eaux et forêts, mardi 6 juin au Parlement, ont suscité la colère des composantes de la majorité gouvernementale.

Le député PJD Mohamed Khouyi a déclaré lors de la séance des questions orales qu’«un membre du gouvernement tire directement bénéfice de la hausse des prix du carburant», une allusion claire à Aziz Akhannouch, et ministre de l’Agriculture, de la Pêche et des eaux et forêts. Une déclaration qui n’est pas passée inaperçue, suscitant une vive réaction des composantes de la majorité gouvernementale.

Une source au sein du RNI a affirmé que le parti va officiellement protester auprès de Saadedinne El Othmani, chef du gouvernement, contre ces propos «irresponsables» tenus par Mohamed Khouyi.

«Ces accusations et allégations sont graves. Elles relèvent, soit d’une dualité du discours du PJD qu’on croyait révolue avec le départ de Abdelillah Benkirane, ancien chef de gouvernement, soit elles révèlent une difficulté de ce parti à contrôler ses troupes», a déclaré à H24Info, Moncef Belkhayat, membre du bureau politique du RNI.

Pire encore, d’après lui, «ce genre d’agissements est un complot de certains qui l’ont en travers de la gorge et qui essayent de casser la bonne entente et le respect mutuel entre Othmani et Akhannouch».

Une chose est sûre, ce nouveau couac risque de menacer la cohésion de la majorité gouvernementale, d’autant que des parlementaires de l’UC avaient exigé mardi de Mohamed Khouyi qu’il présente ses excuses pour ses «allégations qui portent atteinte à la crédibilité d’un membre du gouvernement».

Des sources proches de Othmani ont également fait part de l’embarras de ce dernier par rapport à ces déclarations. D’ailleurs, Lahcen Daoudi, ministre chargé des affaires générales et de la gouvernance, à qui la question a été posée par le député PJD, n’avait pas manqué d’appeler Mohamed Khouyi à retirer ses propos.