Limogeage royal de Benkirane: le PJD en rangs serrés samedi

13 vues

Le secrétariat général du parti Justice et Développement (PJD) a convoqué une session extraordinaire du Conseil national du parti samedi "en vue d'élargir les consultations, examiner la nouvelle donne et prendre la décision adéquate au sujet de la désignation d'une autre personnalité de cette formation pour la constitution du gouvernement".

Le secrétariat général du parti indique dans un communiqué rendu public, suite à sa réunion tenue jeudi à Rabat, que le PJD "demeurera fidèle à l'intérêt supérieur de la nation et soucieux de consolider le choix démocratique en faisant prévaloir la logique du consensus".

Le communiqué note également que le secrétaire général du PJD a exprimé dans un exposé présenté à cette occasion "sa considération pour la décision de Sa Majesté le Roi, qui entre dans le cadre de Ses prérogatives constitutionnelles, ainsi que sa fierté pour le bilan du parti au cours de la période où il a conduit le gouvernement".

Le secrétariat général du PJD se dit aussi fier du contenu du communiqué du Cabinet royal exprimant "le souci du Souverain de consolider le choix démocratique et de préserver les acquis réalisés par le Maroc dans ce domaine et l'option de mettre en oeuvre les dispositions relatives à la formation du gouvernement par la désignation d'une autre personnalité du Parti ainsi que Sa décision d'opter pour cette option parmi les autres options que Lui accordent la lettre et l'esprit de la Constitution", ajoute le texte.

Après avoir exprimé sa fierté quant aux éloges exprimés par le roi envers le secrétaire général du parti, le communiqué souligne que Benkirane s’est acquitté de sa mission en toute responsabilité et a fait preuve de flexibilité en vue de la formation d’un gouvernement fort et homogène qui soit à la hauteur des attentes du souverain et des électeurs.

Et de noter que Benkirane ''n'assume aucune responsabilité, de quelque manière que ce soit, dans le retard enregistré dans la formation du gouvernement". Le secrétariat général du PJD a insisté sur le fait que les prochaines consultations "doivent respecter les dispositions constitutionnelles, le choix démocratique et la volonté populaire exprimée lors des élections législatives", relevant également que le prochain gouvernement doit bénéficier de la confiance et du soutien du roi.