Laftit demande à El Othmani de retirer à l’AMDH le statut d’utilité publique

437
Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur du Maroc. ©DR

Le secrétariat général du gouvernement examine une demande du ministère de l’intérieur de retirer la reconnaissance de l’utilité publique à l’association marocaine des droits humains (AMDH).

Selon le journal «Akhbar Al Yaoum» dans son édition de ce week-end, la demande de retirer la reconnaissance de l’utilité publique à l’AMDH a été déposée auprès du cabinet de Saâd Eddine El Othmani, chef de gouvernement. C’est à ce dernier que reviendra de signer ou pas ce retrait.

A cet effet, le département de l’Intérieur, dirigé par Abdeouafi Laftit, a fourni au secrétariat général du gouvernement un dossier à propos de ce qu’il considère comme des «dérapages» de l’AMDH. Le ministre de l’Intérieur reprocherait à l’AMDH, entre autres, son soutien aux détenus du procès Gdim Izik.

Contacté par H24Info, Ahmed Haij, président de l’AMDH s’est dit surpris par cette initiative de l’Intérieur, soulignant que l’association n’a reçu aucune notification formelle quant à cette demande.

D’après lui, l’AMDH avait déjà fait l’objet d’une même requête formulée en 2014 par le gouverneur de Rabat qui n’était autre que l’actuel ministre de l’Intérieur.

«Laftit nous avait accusé de soutenir des activistes qui appellent à l’autodétermination au Sahara, et qui s’opposaient au statut avancé du Maroc avec l’Europe», a indiqué Haij, ajoutant que l’association avait par la suite été examinée par la cour des comptes et s’était conformée à une série de procédures pour répondre à la mise en demeure du gouverneur.

Mais pour El Haij, il s’agit plus que tout « d’un nouvel acte d’intimidation fait par l’Intérieur à l’AMDH et qui coïncide avec le soutien inconditionnel de l’association  au Hirak du rif ».

Pour rappel, l’AMDH a reçu le statut d’association d’utilité publique en 1998 à l’époque du gouvernement Abderrahman El Youssoufi, et ce, à l’instar d’autres ONG travaillant dans les droits de l’Homme, notamment l’OMDH.