H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    L’ambiance était tendue ce mardi 8 août 2017 au siège du PAM à Rabat. Dans une salle bondée de journalistes, Ilyas El Omari tenait une conférence de presse pour expliquer les raisons de sa démission du secrétariat général du parti.

    «Cette décision n’est aucunement de nature conjoncturelle et n’obéit à aucune logique de surenchères politiciennes. Il ne s’agit pas d’un coup de théâtre, d’un complot ou de consignes issues d’ici ou d’ailleurs», a tenu à préciser, de prime abord, El Omari. Selon lui, cette démission est basée sur une conviction personnelle et des raisons objectives qui ont été présentées lundi soir lors de la réunion du bureau politique, notamment  le bilan du rendement du parti pendant 9 ans.

    En effet, plusieurs lacunes et reproches faits aux élus PAM ont été pointés par les membres du bureau politique.

    A ce titre, El Omari a affirmé être le premier concerné pour rendre des comptes et assumer le bilan négatif du parti. Et ce, «dans la mesure où c’est moi qui ai approuvé les candidatures de plusieurs élus», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il est fier que sa décision coïncide avec le discours royal du 30 juillet qui avait critiqué l’inaction et le peu de résultats des élus dans le dossier Al Hoceima.

    «Depuis 17ans que le souverain adresse des discours clairs avec des signaux forts pour chaque secteur, je n’ai jamais vu une réaction de la part de responsables concernés. Pour ma part, je dis clairement que je suis concerné par ces critiques, je suis concerné politiquement», a relevé El Omari.

    Parmi les points soulevés par Al Omari qui ont motivé sa démission, il est question de la décision de plusieurs présidents de communes PAM de la région d’Al Hoceima qui ont voulu présenter en juin dernier leur démission à cause «du manque d’interactivité des responsables gouvernementaux» sur ce dossier chaud.

    Enfin, El Omari reproche à certains élus PAM, leur manque de discipline et le non-respect du programme électoral du parti.

    L’absentéisme de certains parlementaires et le manque d’engagement concernant leurs missions ont été également soulignés par El Omari qui parfois se retrouve en pleine contradiction comme quand il assure que les événements d’Al Hoceima n’ont aucun rapport avec son retrait du secrétariat général du PAM.

    Cette démission doit maintenant être approuvée par Conseil national du parti.

    Evoquant une éventuelle démission de la Région d’Al Hoceima, El Omari a déclaré que l’heure n’est pas encore venue pour une telle initiative qui devrait être prise en concertation avec ses alliés.

     

     

    Share.

    Comments are closed.