Cannabis: l'UE espère une décision "réfléchie" du Maroc

à 10:30

L'Union européenne, qui collabore avec les autorités marocaines pour lutter contre le trafic de drogue, ne veut pas s'immiscer dans le débat sur la légalisation du cannabis au Maroc mais appelle à la "réflexion". "C'est à chaque gouvernement de décider de sa politique en la matière. Il y a des arguments pour (la légalisation) et d'autres contre", nous répond Ruper Joy, ambassadeur de l'Union Européenne au Maroc, en marge d'une conférence sur le bilan de la coopération entre l'UE et le royaume.
 
"(La légalisation) peut avoir des répercussions. Il faut bien réfléchir avant, et que le Maroc décide de manière responsable", poursuit-il encore. 

Pour Chakib El Khiyari, coordinateur du Collectif marocain pour l'usage médical et industriel du kif (CMUMIK) initiateur de ce débat, la position de l'UE est "positive". "Le fait que l'ambassadeur dise qu'il n'est pas contre signifie que, bien menée, la légalisation ne risque pas d'impacter les relations Maroc-UE".
 
La légalisation du cannabis à usage médicinal et industriel s'est imposée dans le débat parlementaire depuis que le PAM (parti authenticité et modernité) a organisé une journée d'étude au parlement en décembre 2013. Le parti de l'Istiqlal s'est également saisi de la question en proposant une loi. Le PJD, qui conduit la coalition gouvernementale, est plus réservé et n'affiche pas une position commune. Le chef du groupe PJD au parlement, Abdellah Bouanou, a demandé des "études plus approfondies" avant qu'une telle loi ne voit le jour.