Après les limogeages royaux, le MP s’accroche au gouvernement et lâche ses ministres

3057

Après le PPS, le parti du Mouvement Populaire (MP) est sorti de son silence ce samedi pour approuver la décision du roi de limoger plusieurs ministres, dont une majorité appartenant à ce parti.

Le bureau politique de la formation de l’Epi s’est réuni ce samedi matin sous la présidence de son secrétaire général Mohand Laenser. Mais contrairement au PPS qui a soumis la question de la participation au gouvernement à son parlement tout en défendant ses ministres sanctionnés, le Mouvement Populaire dont plusieurs de ses ministres ont été épinglés par le rapport sur Al Hoceima, a clairement signifié sa volonté de rester au gouvernement.

Dans un communiqué publié samedi, le bureau politique assure «l’adhésion effective du Mouvement Populaire dans l’élaboration et la mise en œuvre du projet sociétal de développement dont les jalons ont été posés par le roi. Il s’agit d’un projet qu’a entamé le gouvernement, dont le mouvement populaire reste une des composantes essentielles, dans l’objectif de le concrétiser avec une vision et dynamique nouvelles».

Le MP reste donc «une des composantes essentielles de ce gouvernement», confirme le bureau politique qui est revenu sur le contenu du communiqué du cabinet royal sans pour autant prendre la défense des ministres limogés et blâmés par Mohammed VI.

Au contraire, le bureau politique du MP a salué les limogeages les qualifiant «de décisions politiques prises dans le contexte de la mise en œuvre de la Constitution de 2011, particulièrement en ce qui concerne le lien entre responsabilité et reddition des comptes dans le respect de l’esprit de la constitution».

A noter que parmi les 9 ministres sanctionnés par le roi mardi dernier à l’issue de la présentation du rapport sur le programme «Al Hoceima Manarat al Moutawasit», cinq appartiennent au Mouvement populaire. Parmi eux, Mohamed Hassad et Larbi Bencheikh, respectivement ministre de l’Education et de la Recherche scientifique, et secrétaire d’Etat chargé de la Formation professionnelle dans le gouvernement El Othmani, Lahcen Haddad, ex-ministre du Tourisme, Hakima El Haité ex-ministre de l’Environnement, et Lahcen Sekkouri ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, tous anciens membres du gouvernement Benkirane.