Anfass et Attac taclent le gouvernement Benkirane sur son bilan

3

A quelques mois des législatives, le mouvement Anfass Démocratique, mouvement politique marocain et Attac Maroc, membre du réseau du Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers-monde (CADTM) dressent le bilan du gouvernement Benkirane. Les deux mouvements n’y sont pas allés de main morte pour évaluer le gouvernement sous la houlette du PJD. De la politique au social ou encore de l’économie à la culture en passant par l’écologie, Anfass et Attac se sont basés sur 15 indicateurs pour critiquer l'Exécutif.
 

Ainsi, ni les objectifs déclarés dans les programmes électoraux ni ceux annoncés lors de la déclaration gouvernementale ne sont atteints en ce qui concerne le chômage.  Le taux de pauvreté se situerait à 11% à la fin de la législature, "ce qui prouve clairement qu’aucune politique publique n’a été conçue concrètement pour limiter ce phénomène".
 
Le Maroc reste toujours à la traîne dans l’indice de développement humain. Le taux d’analphabétisme (32% en 2015) reste alarmant et le chef de gouvernement entend désengager l’Etat de ce domaine au profit d’une marchandisation forcée. La culture n’a pas été une priorité gouvernementale, sans parler des polémiques populistes prônant un "art propre" s’immisçant dans la liberté de création.
Le bilan ajoute qu’il est aujourd’hui clair que la classe politique élue au lendemain du "printemps Marocain", ne semble pas avoir rompu avec une certaine manière de faire de la politique. "Le débat politique, au sein des institutions et en dehors, a atteint durant ces dernières années, un niveau de bassesse rarement égalé, même durant les heures les plus sombres de l’histoire politique de ce pays", déplorent Anfass et Attac, condamnant le fait que la politique au Maroc se résume malheureusement à la gestion de la proximité avec le Palais au lieu d’être une mission de servir l’intérêt des citoyens. 

Conclusion: la coalition gouvernementale a échoué dans l’atteinte des objectifs qu’elle s’est assignée. Pour le plus gran bonheur de ses détacteurs.