Al Hoceima: des partis tirent à boulets rouges sur Laftit

5924
(c)DR

Trois partis à Al Hoceima ont pointé du doigt la responsabilité du ministre de l’Intérieur dans les débordements qu’a connues la région et qui selon eux «risquent de mener le pays  vers l’inconnu».

Les derniers développements de la situation à Al Hoceima commencent à faire des vagues au sein de la classe politique. Les sections rifaines de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), de l’Istiqlal et du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ont vivement critiqué la gestion faite par le ministre de l’Intérieur des événements d’Al Hoceima.

Réunis lundi 29 mai à Al Hoceima, ces partis ont pointé du doigt «l’application intensive de l’approche sécuritaire dans la région, tout en imputant la responsabilité des débordements de la situation à l’Etat qui a dénigré le rôle des partis nationalistes».

Dans un communiqué publié dans la soirée de lundi, les trois partis ont aussi souligné «que le prêche de vendredi relayé dans toute la province qui avait pour thème la «fitna» et l’atteinte à la stabilité du pays n’a fait qu’envenimer la situation et provoqué la population et en particulier les jeunes activistes». Ils ont également condamné «la désinformation des chaines publiques qui ont diffusé des images n’ayant aucun rapport avec le Hirak».

Enfin, le trio a appelé à répondre aux revendications économiques et sociales exprimées par les manifestants.