H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Des délégations des deux instances rivales en Libye se sont retrouvées jeudi à Rabat pour des consultations sur une loi électorale contestée qui  attisent les tensions entre les protagonistes à trois mois du double scrutin présidentiel et législatif, censé mettre fin à une décennie de conflit, a constaté l’AFP.

    Les représentants du Haut Conseil d’Etat libyen (HCE), instance faisant office de Sénat, installé à Tripoli (ouest), et du Parlement, qui siège à Tobrouk (est), sont réunis jusqu’à vendredi dans un grand hôtel de Rabat.

    Ils discutent des dispositions d’une loi électorale -ratifiée le 9 septembre par le président du Parlement de Tobrouk sans avoir été soumise au vote- manifestement taillée sur mesure pour l’homme fort de l’Est, Khalifa Haftar, selon des journalistes de l’AFP.

    Mais cette loi est remise en cause par le HCE qui est venu en discuter à Rabat pour tenter de régler le différend.

    Pour la communauté internationale, la priorité est la tenue du scrutin présidentiel annoncé pour le 24 décembre dans le cadre d’élections générales.

    Lire aussi. Libye: Haftar gèle ses fonctions militaires en vue de la présidentielle

    « Pour que les élections prennent place le 24 décembre, comme c’est prévu, il est impératif  que la campagne (électorale)commence tout de suite, dans une ou deux semaines », a plaidé l’envoyé spécial et ambassadeur des Etats-Unis pour la Libye, Richard Norland, en marge de la rencontre.

    Il faut « qu’une base légale et constitutionnelle soit établie. C’est ce sur quoi les représentants libyens des deux camps travaillent aujourd’hui », a déclaré M. Norland aux médias.

    « Le peuple libyen attend la possibilité de voter pour le candidat de son choix pour établir un gouvernement uni et avec assez d’appuis pour se débarrasser des forces militaires étrangères qui se trouvent en Libye », a-t-il ajouté.

    La Libye tente de s’extraire d’une décennie de violences depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, un chaos marqué ces dernières années par l’existence de pouvoirs rivaux dans l’Est et l’Ouest.

    Après la fin des combats à l’été 2020, un gouvernement unifié et transitoire dirigé par l’homme d’affaires Abdelhamid Dbeibah a été formé en mars, sous l’égide de l’ONU, pour mener la transition d’ici les élections prévues le 24 décembre.

    La semaine dernière, ce processus a été sapé par la censure, par le Parlement, du gouvernement de transition, un vote qui a suscité l' »inquiétude » de l’ONU et aggravé les tensions entre les belligérants, au moment où ce pays tente de tourner la page d’une décennie de chaos.

    Le HCE avait souligné son « rejet de la procédure », en considérant cette démarche comme « nulle ».

    Jeudi, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité une résolution prolongeant jusqu’au 31 janvier sa mission politique en Libye.

    Share.

    Comments are closed.