PLF 2019: le cadeau du gouvernement aux pharmaciens d'officine

DR.

Le projet de loi  de finances pour l’année prochaine prévoit l’exonération du droit de timbre lors des paiements en espèces pour les pharmaciens d’officine. Une mesure que  réclament ces derniers depuis des années.
Introduit par la loi de finances de 2009, le droit de timbre de 0,25% obligeait le patient qui réglait en espèces à payer plus cher sa facture de médicaments, contrairement aux payements par chèque, virement ou carte bancaire. Conséquences : de nombreuses tensions entre la corporation et les clients qui pensaient que les pharmaciens s’en mettaient plein les poches.
Le recouvrement de cette taxe présentait certaines complications. Par peur des redressements fiscaux, de nombreux pharmaciens avaient pris l’habitude de payer cette taxe de leur propre poche quand elle n’était pas acquittée par leurs clients. L’incidence étant considérable concernant le traitement de maladies chroniques dont les frais se comptent à plusieurs milliers de dirhams.
« Les pharmaciens n’ont le droit ni d’augmenter ni de réduire le prix de vente public (PVP). Par conséquent, si l’on doit appliquer un droit de timbre sur le prix du médicament, il devrait être inclus dans le PVP », explique Walid Amri, président du Syndicat des pharmaciens de Casablanca, à nos confrères de L’Economiste.
À noter que ce droit de timbre n’engendrait pas un grand montant de recettes fiscales et donnait à l’administration une quantité de travail considérable pour des montants dérisoires la plupart du temps.