Plan Maroc Vert: plusieurs anomalies relevées dans un projet de 40 millions de dirhams

212

Le parquet du tribunal de Casablanca a remis au juge d’instruction plusieurs documents relatifs à des dysfonctionnements concernant un projet financé à hauteur de 40 millions de dirhams dans le cadre du plan Maroc Vert.
Le procureur auprès de la Cour d’appel du tribunal de Casablanca a différé un dossier comportant plusieurs irrégularités dans un projet financé par le plan Maroc Vert, rapporte Al Massae dans son édition du vendredi 23 novembre. Le projet concerne la plantation d’oliviers sur une superficie de 1500 hectares dans la région de Casablanca. D’après la même source, le ministère de tutelle avait réservé une enveloppe de 40 millions de dirhams pour le financer.
A en croire Al Massae, la décision du parquet a été motivée par les résultats des enquêtes menées par la police judiciaire, qui a auditionné plusieurs parties prenantes dans ce dossier. Parmi elles, Al Masae énumère des responsables et employés publics et des coopératives ayant soutenu le projet. La majeure partie des personnes auditionnées avait déjà été limogée par le département d’Aziz Akhannouch, suite à des rapports internes révélant des défaillances.
 
Lire aussi : "Dysfonctionnements" dans le Plan Maroc vert: Aziz Akhannouch réagit
 
Le quotidien arabophone explique que les enquêtes que mènera le juge d’instruction permettront d’élucider les tenants et aboutissants de cette affaire, dont le montant gaspillé dans ce projet. L’affaire, d’après Al Massae, a été révélée par l’ancien président de la commune concernée par cette initiative. Ce dernier avait accusé les responsables de ne pas avoir respecté le cahier de charges en plantant des oliviers de mauvaise qualité.