PJD: divergences et tensions avant l’élection du nouveau SG

1268

La séance des délibérations avant le vote du nouveau secrétaire général du PJD s’est déroulée dans un climat tendu avec des interventions divergentes sur l’avenir du parti, entre partisans de Driss Azami Idrissi et ceux de Saad Eddine El Othmani, deux candidats en course pour le secrétariat général.

À quelques heures du début des élections du nouveau secrétaire général du PJD ce dimanche à Rabat, la bataille entre les deux concurrents Driss Azami Idrissi et Saad Eddine El Othmani, a redoublé d’intensité laissant le doute planer avant le vote des congressistes.

Si Driss Azami Idrissi profite d’un soutien clair de la part du secrétaire général sortant Abdelilah Benkirane, les ministres Aziz Rabbah et Mustapha Ramid se placent du côté du chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani. Durant son allocution au cours de la séance des délibérations, Ramid a même qualifié ceux qui appellent le parti à quitter le gouvernement « d’idiots », avant de lancer: « Voter pour Azami contre El Othmani, c’est retirer la confiance en notre chef du gouvernement (…) je m’adresse aux gens qui veulent que le parti reste au gouvernement ». Une déclaration qui a provoqué une grande contestation de la part des congressistes, qui ont fortement sifflé et hué le ministre à sa descente de l’estrade.

De son côté, la députée parlementaire Amina Maelainine, très proche d’Abdelilah Benkirane, s’est adressée aux ministres du gouvernement en leur demandant « de mettre fin à la politique des compromis », avant de renchérir: « Vous tuez chaque jour le parti avec votre soumission au Tahakoum (mainmise), vous nous avez tués après la phase du blocage gouvernemental ».

Membre du secrétaire général, Abdelali Hamidine a estimé que le chef de gouvernement « n’est pas apte » pour gérer le parti durant les cinq ans à venir, expliquant qu' »il est à la tête d’un gouvernement de six partis politiques et qu’il a donc des difficultés pour appliquer le programme que le parti va présenter durant la campagne électorale ».