Un photographe marocain accuse le rappeur britannique Skepta de plagiat

201
Le rappeur britannique Skepta ©DR

Le chanteur britannique est soupçonné de s’être approprié les clichés de l’artiste Ilyes Griyeb sans son autorisation, afin de promouvoir sa marque de mode, Mains London.

Skepta, le chanteur qui ne se «définit pas comme un rappeur mais un activiste», ne semble pas militer pour le respect des droits d’auteur. Le rappeur londonien est accusé de plagiat par un photographe franco-marocain, Ilyes Griyeb. Il aurait en effet utiliser des clichés de cet artiste, sans son autorisation, dans le cadre d’une campagne promotionnelle pour sa marque de vêtements, Mains London.

Interrogé par le Huffington Post, Ilyes Griyeb témoigne: «L’œuvre plagiée est Moroccan Youth, série que je réalise depuis 2013 sur la jeunesse de Meknès (au nord du Maroc), et plus largement sur la jeunesse marocaine désœuvrée». Selon lui, «le rappeur s’est tout simplement servi de mes images sans demander l’autorisation».

L’entourage du photographe a tenté à de multiples reprises d’entrer en contact avec le rappeur et son équipe. En vain. «Je l’ai contacté le premier jour où il a posté les images via une personne de son entourage», explique Ilyes Griyeb. «Mes amis ont essayé de contacter son manager sur les réseaux. Sans succès non plus. On m’a dit qu’on me contacterait, mais ça n’a jamais été fait depuis novembre dernier», avance-t-il.

Les photographies en question ont été publiées sur Pinterest par le photographe, avant d’être repris par le rappeur sur Instagram. Avec pour simple différence un léger recadrage, et le nom de la marque du rappeur, Mains. Une manipulation qui ne laisse que peu de place au doute comme le montrent les deux exemples ci-dessous.

https://www.instagram.com/p/BNSabR_BzX3/

 

Photo originale d’Ilyes Grieb

Face à ce cas de plagiat flagrant, le photographe est impuissant. «Je n’attends plus rien de lui aujourd’hui. J’ai d’abord demandé d’être cité, ça n’a pas été fait. Puis j’ai demandé que les images soient supprimées, ça n’a pas été fait. On m’a ensuite parlé d’une éventuelle rencontre en vue d’une collaboration… Sûrement un mensonge pour me faire patienter sans bruit. Car rien n’a été fait non plus», conclut-il.

https://www.instagram.com/p/BMwqspQBMcZ/

Photo originale d’Ilyes Grieb

Depuis, la campagne promotionnelle de Mains London se poursuit. Un clip promotionnel, ressemblant beaucoup à l’univers des photographies d’Ilyes Griyeb, a été publié sur Instagram le 20 juin dernier.

Seule la justice semble désormais en mesure de venir en aide au photographe désabusé.

 

Guillaume Narduzzi (Le Figaro)