Passation des marchés de la COP 22: l’heure de vérité pour le maire de Marrakech et son adjoint

632
Mohamed Larbi Belcaid, maire de Marrakech. DR/

Les ennuis du président du conseil communal de Marrakech et de son adjoint n’en finissent pas après des dysfonctionnements relevés lors de la passation de marchés lors de la COP22. Le procès de ces deux responsables est prévu les 11 et 12 mars. 

L’heure de vérité approche pour le maire de Marrakech Mohamed Larbi Belkaid, et de son adjoint Youness Benslimane, qui traversent une mauvaise passe pour leur implication présumée dans une affaire de dilapidation de derniers publics.

Dans son édition du mercredi 19 février, Al Massae a fait savoir que Belkaid devra être déféré le 11 mars prochain devant le juge d’instruction de la chambre criminelle chargée des crimes financiers près de la Cour d’appel Marrakech. Benslimane sera traduit devant cette même juridiction le lendemain.

Dysfonctionnements

 

L’affaire avait éclaté suite à une plainte déposée par une ONG locale qui a dénoncé plusieurs fonctionnaires, élus et autres responsables du Conseil préfectoral de Marrakech et de la Wilaya de la région de Marrakech-Safi. L’ONG avait relevé des dysfonctionnements dans le cadre de ces marchés négociés à l’occasion de la COP22 qui a eu lieu dans la ville ocre en 2016.

 

Lire aussi: Passation des marchés de la COP 22: le PJD soutient le maire de Marrakech

 

Al Massae avait dénombré deux affaires conclues en amont de l’événement. Une première évaluée à 413 millions de centimes, tandis que le budget global de la deuxième avoisine les 500 millions de centimes. Ces deux gros marchés auraient été conclus de gré à gré par le maire de Marrakech et son adjoint avec des entreprises dont ils sont proches, conclut la même source.

Le quotidien arabophone a ajouté que les deux responsables ont récemment sollicité l’aide du chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, et de Mustapha Ramid, ministre d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement.