Oujda: le putsch du PJD contre Hejira fait pschitt

3719

Les élus du parti de la justice et du développement du Conseil municipal d’Oujda n’ont pas recueilli suffisamment de signatures pour réclamer la démission du président du Conseil de la ville, Omar Hejira.
La guerre bat son plein entre les élus du PJD et ceux de la majorité au sein du Conseil de la ville d’Oujda. Les pjdistes ont essayé de lancer une motion de censure contre l’actuel président en se basant sur l’article 70 de la loi sur les communes. Selon cet article, deux tiers des membres du conseil de la ville doivent signer une pétition de démission. Il fallait obtenir la signature de 44 membres sur 65, alors que le PJD ne compte que 28 membres et n’a pas réussi à ratisser large.
Le même article stipule que les pétitionnaires doivent présenter leur requête lors de la première session ordinaire de la quatrième année du mandat du Conseil municipal, et cela une seule fois. Ce qui signifie que le PJD n’a plus la possibilité de demander la révocation ou la démission du président istiqlalien du Conseil. Le parti de la lampe cherchait à obtenir la signature de membres du PAM mais n’y sont pas parvenus, ce qui a limité leurs tractations.
Après l’échec de cette tentative, Omar Hejira poursuivra son mandat durant les trois ans à venir à la tête du Conseil. Il a réussi à en devenir le président alors que sa liste ne compte que 7 élus. En face, celle du PJD compte 28 membres et 30 pour le PAM.