H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    A la suite de la parution le 8 juillet dernier d’un nouveau décret obligeant les médecins à soigner leur écriture, Chama Khalil, pharmacienne de profession et passionnée d’histoire, pousse un gentil coup de gueule à l’encontre de ces ordonnances illisibles.

    La légendaire mauvaise écriture des médecins serait donc encore bien une réalité.

    Cacographie, gribouillis, ou écriture en pattes de mouche à s’en crever les yeux à coups de loupes grossissantes, les ordonnances, souvent illisibles, peuvent rapidement devenir un véritable casse-tête pour patients et pharmaciens. Et quand le doute subsiste, une seule solution: joindre le prescripteur. Une tâche qui s’avère parfois bien difficile.

    Sans parler que tout ce remue-ménage constitue une perte de temps conséquente, non seulement pour le pharmacien, mais aussi pour le patient qui attend parfois longtemps qu’on exécute sa prescription.

    Des groupes WhatsApp et Facebook ont même été créés dans le but de décoder ces parchemins, certains confrères passant maîtres en déchiffrage d’ordonnances!

    Cet usage détourné des réseaux sociaux peut faire sourire et paraître de prime abord anodin et anecdotique. Cela soulève néanmoins une problématique bien réelle qui constitue une source importante d’erreurs évitables et dont les conséquences peuvent être dramatiques, voire fatales, pour le patient.

    En effet, d’après un rapport de l’institut de la médecine américaine, la mauvaise écriture des médecins serait la cause de 7.000 décès par an aux Etats-Unis.

    D’un point de vu légal au Maroc, l’article 44 de la loi 131-13 relative à l’exercice de la médecine stipule: «Ces documents (ndlr: rapports, ordonnance et certificats) doivent être rédigés lisiblement et porter le nom du médecin concerné, etc.»

    C’est dans ce sens qu’un décret portant code de la déontologie des médecins vient d’être publié, le 8 juillet dernier, au Bulletin officiel. Celui-ci dispose que «le médecin doit prescrire avec un niveau suffisant de clarté le médicament pour les patients avec une écriture lisible tout en veillant à ce que le malade et son entourage puissent le comprendre».

    D’où vient donc cette coutume presque indissociable de la blouse blanche?

    Si certains médecins accusent les longues années d’études où, carabins, ils étaient contraints d’être rapides dans la prise de note, d’autres se défendent en arguant que la cadence laborale ne faciliterait pas la rédaction de belles ordonnances.

    D’autres encore, peut-être un brin de mauvaise foi, avancent que, de par son expérience, le pharmacien devrait savoir déchiffrer toute ordonnance.

    Ben voyons!

    Ne vous en déplaise, chers confrères médecins, et au risque d’en surprendre certains, hiéroglyphe n’était pas une option dans le cursus pharma; tout comme visiblement calligraphie n’en était pas une dans le vôtre!

    Alors, amis praticiens, la prochaine fois que vous rédigez manuellement une ordonnance, soyez compatissants et pensez à nous, pharmaciens, prenez donc le temps d’arrondir vos A et mettre une barre à vos T.

    Et pour ceux qui auraient carrément zappé les cours d’écriture au primaire, investissez dans l’informatique, vous ferez des heureux…

    …et quelle bonne idée au XXIe siècle 🙂 !

    Share.

    Comments are closed.