Officiel. La ville de Casablanca résilie son contrat avec M’dina Bus

L’Établissement de coopération intercommunale (ECI) de la ville de Casablanca a décidé de résilier le contrat de M’dina Bus, dépositaire de la gestion déléguée dans 11 communes depuis près de quinze ans.

Au vu de la situation critique du transport collectif urbain par autobus dans la région du Grand Casablanca, l’Établissement de coopération intercommunale (ECI) de la capitale économique a décidé de résilier le contrat de M’dina Bus. L’ECI a délégué à sa présidence la gestion du dossier de la résiliation et la recherche d’une alternative.

Le maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari, avait déclaré qu’une décision finale est attendue ce mardi, à l’occasion de la réunion de l’ECI.  Les deux parties sont à couteaux tirés devant les tribunaux pour des accusations mutuelles de non-respect des engagements. El Omari, président de l’autorité délégante, a choisi l’organe de sa formation politique, le Parti Justice et Développement (PJD), pour énumérer les griefs de la métropole contre ladite société, essentiellement l’absence d’investissements, un taux de couverture insuffisant du réseau, la vétusté du parc, l’absence de maintenance…

 

Lire aussi: Micro-trottoir. Etat des bus à Casablanca: le ras-le-bol des usagers

Le maire de Casablanca est allé plus loin en accusant le délégataire de service de «mettre l’intégrité des citoyens en danger en raison des incendies de bus et les accidents de la circulation». Il faisait allusion aux deux bus ayant pris feu en l’espace d’une semaine à la mi-janvier. La position de M’dina Bus devrait être dévoilée dans un communiqué de presse durant la journée.

La décision de résiliation donnera sûrement lieu à un nouveau bras de fer judiciaire entre les communes du Grand Casablanca et M’dina bus, qui ne semble pas disposé à lâcher l’affaire, en dépit de tous les dysfonctionnements constatés par les observateurs et dénoncés par les usagers. La situation du transport collectif par autobus, qui donne une image peu glorieuse de la capitale économique du pays, est aux antipodes de la volonté de ses responsables d’en faire un leader africain de la mobilité durable.