Diapo. Nouvelles manœuvres algériennes à Tindouf

1921
DR

Les relations très tendues entre le Maroc et l’Algérie s’empirent avec une énième provocation du voisin algérien à Tindouf, non loin du mur de défense marocain. Opéré avec des munitions réelles, un exercice tactique a été supervisé, ce mardi 5 mai à Tindouf par le chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP) par Intérim, le Général-major Saïd Chanegriha.

Un communiqué du ministère algérien de la Défense nationale affirme qu’il s’agit d’un exercice «au niveau du champ de manœuvres relevant du secteur opérationnel sud Tindouf, l’exécution d’un exercice tactique avec munitions réelles, intitulé +fidélité au serment+, dont l’exécution intervient dans le cadre de l’évaluation de la deuxième étape du programme de préparation au combat pour l’année 2019/2020».

Le Général-major a vanté à l’issue de ces manœuvres «le rôle efficace que jouent ses unités implantées le long de la bande frontalière du territoire de compétence, dans la sécurisation du pays contre tous les fléaux et les menaces», rapporte pour sa part Obser Algérie.

 

Lire aussi: Algérie/pétrole: réduction de moitié du budget de fonctionnement de l’Etat

 

Un exercice qui fait suite aux attaques président Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier, lors  du sommet en ligne du Groupe de contact du Mouvement des Non-Alignés (NAM), a lancé un appel au Conseil de sécurité des Nations-Unies afin qu’il se réunisse  et adopte «une résolution appelant solennellement à l’arrêt immédiat de toutes les hostilités à travers le monde, notamment en Libye, sans omettre les territoires occupés en Palestine et au Sahara occidental».

Des attaques qui ne sont pas restées sans réponse. Et au ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, de déclarer que l’Algérie «au lieu d’utiliser ses ressources pour améliorer la situation précaire de sa population dans le contexte de la pandémie du covid-19, les détourne pour alimenter la déstabilisation régionale».