H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Le procès en appel de l’historien marocain et défenseur des droits humains Maâti Monjib, poursuivi pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’Etat », un cas qui mobilise des ONG au Maroc et au-delà, a de nouveau été renvoyé jeudi, a annoncé l’accusé.

    «Le procès a été reporté immédiatement, car la cour n’a pas pu convoquer l’ensemble des accusés», a lui-même déclaré à l’AFP Maâti Monjib, qui est en liberté provisoire. La nouvelle audience aura lieu le 2 décembre.

    L’intellectuel sexagénaire a été condamné fin janvier à un an de prison ferme au terme d’un procès ouvert en 2015 et nombre de fois reporté. Ses avocats et son comité de soutien ont critiqué cette sentence, rendue en l’absence de l’accusé et sans convocation de sa défense.

    Monjib est accusé de malversations dans la gestion d’un centre qu’il avait créé pour promouvoir notamment le journalisme d’investigation. Des faits qu’il conteste tandis que les donateurs ayant financé ses activités ne se sont jamais plaints d’irrégularités.

    Lire aussi. Le procès du journaliste Omar Radi se poursuit à huis clos

    Ce procès concerne aussi six autres journalistes et militants des droits humains marocains, condamnés en première instance à des peines allant de trois mois avec sursis à un an de prison ferme. Trois d’entre eux ont quitté le Maroc et obtenu l’asile politique en France et aux Pays-Bas.

    Parallèlement, l’historien est sous le coup d’une enquête pour «blanchiment de capitaux», ce qui lui a valu trois mois de détention préventive avant que la liberté provisoire ne lui soit accordée fin mars, au terme de 19 jours de grève de la faim. «Depuis ma sortie de prison, il n’y a rien de nouveau», a précisé M. Monjib.

    Dans un communiqué diffusé mercredi, l’organisation internationale Reporters sans frontières a exhorté «les autorités marocaines à mettre fin à l’acharnement judiciaire dont il (M. Monjib) est victime depuis plusieurs années ». Son comité de soutien au Maroc a jugé mercredi que les poursuites engagées contre l’historien sont « dénuées de fondement et portent gravement atteinte aux droits de citoyenneté, notamment le droit à la liberté d’expression, d’organisation et à la sécurité judiciaire », d’après ce communiqué.

    Share.

    Comments are closed.