Normalisation Israël-Maroc: le PJD a enfin parlé… pour ne rien dire

8009
DR.

Il aura fallu attendre plus de 48 heures pour que le parti majoritaire finisse par publier un communiqué au sujet du rétablissement des relations entre le Maroc et Israël. La montagne accouche d’une souris!

Depuis l’annonce, jeudi, du rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël, tout le monde attendait la réaction du parti de Saâd Dine El Otmani, que l’on sait très hostile à toute normalisation avec l’état hébreu. Le secrétariat général du parti de la lampe vient enfin de réagir en publiant samedi un communiqué sur son site internet.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la direction du PJD s’est exercé à un impossible exercice d’équilibriste pour, d’un côté, féliciter le roi Mohammed VI pour sa victoire diplomatique, et de l’autre, esquiver la question de la normalisation pour ne pas froisser ses électeurs.

Tout en se réjouissant de l’annonce par Trump de la reconnaissance de la marocanité du Sahara, qui « ouvre de nouveaux horizons pour renforcer la position marocaine dans les cercles internationaux, accroît l’isolement des opposants à l’intégrité territoriale, et contribue à faire face à leurs conspirations qui visent à les perturber », le PJD a choisi sciemment de ne pas évoquer le rétablissement des relations diplomatique entre le Maroc et Israël.

 

Lire aussi: Vidéo. Normalisation Maroc-Israël: les réactions dans les commerces juifs de Casablanca

 

Car Israël n’a été à aucun moment citée dans le communiqué signée par le numéro 2 du PJD, Slimane El Omrani. Les « frères » ont en revanche « noté les positions fermes et continues de Sa Majesté le Roi, Président du Comité de Jérusalem pour la défense des droits du peuple palestinien, qu’il a confirmé lors de son appel avec le Président palestinien au sujet de la position de Sa Majesté qui reste inchangée ».

Vivement critiqués pour leur mutisme depuis l’annonce de la normalisation par une base que l’on sait farouchement anti-israélienne, les responsables du parti de la lampe ont essayé de les contenter en concluant leur communiqué par « rappeler les positions fermes du parti envers l’occupation sioniste et les crimes qu’il commet contre le peuple palestinien, l’agression contre les lieux saints, dont les principaux sont les attaques continues contre la mosquée Al-Aqsa et la confiscation des terres palestiniennes, et le déni du droit au retour en violation flagrante de toutes les chartes et décisions internationales et ses tentatives de normaliser ses relations et de pénétrer les sociétés islamiques ». Mais la direction lampiste s’est bien gardée d’émettre toute critique envers la décision du roi de rétablir les liens avec l’état hébreu.