Normalisation avec Israël: une manifestation interdite à Rabat

4500
Image d'archives./DR

Une manifestation contre la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël est prévue ce lundi 14 décembre. Si certains des organisateurs ont indiqué qu’elle allait avoir lieu, elle a finalement été interdite. 

Une première manifestation contre la récente décision du Maroc de normaliser ses relations diplomatiques avec Israël est prévue ce lundi 14 décembre à partir de 17h  devant le Parlement à Rabat. Selon certains médias, la manifestation aurait été interdite selon les autorités locales. Mais certains des organisateurs contactés par H24 Info confirment qu’elle aurait bien lieu.

En effet, une source au sein d’Al Adl Wal Ihsane nous explique que «les organisateurs n’ont rien reçu de la part des autorités, et donc la manifestation est maintenue». «L’information n’a été reprise que par la presse et tant qu’aucune décision ne nous a été adressée alors nous ne sommes pas concernés», poursuit notre interlocuteur.

 

Lire aussi: Vidéo. Bourita: les relations du Maroc avec Israël étaient «déjà normales»

 

Une autre source au sein du Mouvement «BDS» (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) affirme elle aussi que «manifestation est théoriquement maintenue». Néanmoins, nos confrères d’Al Yaoum24 expliquent que les organisateurs n’ont pas reçu non plus d’autorisation.

Diverses organisations, notamment l’organisation marocaine de soutien aux causes de la nation et le Comité international de soutien au peuple palestinien ont appelé dans un communiqué à une manifestation, dénonçant «le projet sioniste, né comme projet colonial d’occupation de remplacement et il n’a cessé de pratiquer l’épuration ethnique en Palestine pour arracher le peuple originel de sa terre et le remplacer par des colons arrivant de tous les coins de la planète».

TRADUCTION

Communiqué commun BDS Maroc, MACBI, Association de solidarité Maroc Palestine
10 Décembre 2020
Non à la…

Posted by Sion Assidon on Saturday, December 12, 2020

«Et au moment où il est devenu plus nécessaire encore que jamais auparavant d’appliquer des sanctions internationales et d’isoler l’Etat de l’occupation qui viole continuellement le droit humanitaire international, la raison peut-elle accepter que le Maroc officiel accepte la poignée de main et planifie le renouvellement des relations politiques et diplomatiques avec l’occupant ?», s’interrogent les signataires du communiqué.