Mounir Bensalah remplace Mohamed Sebbar au Secrétariat général du CNDH

3833

Mohammed Sebbar ne sera plus secrétaire général du Conseil national des droits de l’homme (CNDH). Il sera remplacé très prochainement par Mounir Bensalah, ingénieur et acteur associatif.

Une valse de changements sont prévus dans la hiérarchie du Conseil national des droits de l’homme (CNDH). Une source bien informée nous a confirmé que l’actuel secrétaire général du CNDH, Mohammed Sebbar sera prochainement remplacé par Mounir Bensalah, ingénieur, membre de l’Organisation marocaine des droits de l’homme et ancien militant du Mouvement du 20 Février.

Bloggeur depuis 2004, Bensalah est l’auteur de deux livres axés sur la thématique des jeunes et des mouvement sociaux. En 2012, il publie ses deux bouquins: »Réseaux sociaux et révolutions arabes ? » et « Exception marocaine? Jeunesse arabe en quête de liberté ». Il est parmi les membres fondateurs du courant des Usfpistes du 20 février au sein de son ancienne formation politique. Il est aussi président-fondateur du mouvement Anfass pour la démocratie en 2014 et est connu pour sa relation étroite avec l’actuelle présidente de CNDH, Amina Bouayach, nommée le 6 décembre 2018.

Lire aussi: Hirak: la présidente du CNDH rencontre des membres des familles des détenus

En dehors du Secrétariat général, plusieurs nouveaux membres rejoindront le Conseil national des droits de l’homme aujourd’hui ou demain, nous apprend notre source, et leur nomination est imminente. Abdessamad El Idrissi du PJD ne devrait pas faire partie de la liste qui contient des activistes et militants des droits de l’homme de différentes région du royaume. « Plusieurs sont connus pour leur activisme au Rif et au Sahara », insiste notre source. Le nouveau Secrétaire général sera reçu au palais royal pour y être nommé officiellement.

Pour rappel, Mohammed Sebbar avait été nommé le 3 mars 2011 comme Secrétaire général du CNDH, le même jour où Driss El Yazami avait été nommé président de cette instance. Deux nominations qui à l’époque avaient été lues par les observateurs comme une réponse du roi aux manifestations du 20 Février 2011. Avant la nomination de Sebbar et El Yazami, le CNDH se nommait le CCDH (Conseil consultatif des droits de l’Homme).