Montée des cas de Covid-19 dans le monde judiciaire

3807
.DR

La situation épidémiologique dans les tribunaux ne cesse de se détériorer avertit le Club des magistrats du Maroc. Ce dernier demande la mise en œuvre d’un plan d’urgence sanitaire d’urgence afin d’endiguer la propagation au sein du monde judiciaire.

Dans une brève note, le Club des magistrats du Maroc affirme que «la situation épidémiologique dans les tribunaux s’est développée de manière inédite», et ce après la levée progressive du confinement et la reprise du travail au sein des tribunaux.

Cette reprise a été marquée par l’infection de plusieurs personnes parmi les magistrats et les travailleurs de la justice, note le communiqué, soulignant que «beaucoup d’entre eux» en sont morts.

Dans ce sens, le Club des magistrats demande l’élaboration d’un plan sanitaire d’urgence en coordination avec les autorités sanitaires compétentes pour faire face à la propagation du virus, avec la prise en charge complète des malades et des mesures de prévention, étant donné que la contamination de ces personnes s’est faite dans le cadre de l’exercice de leur travail.

 

Lire aussi: LEn plein confinement, un sit-in monstre des avocats à Casablanca

 

La situation alarmante nécessite «la mobilisation et la vigilance», poursuit le communiqué, plaidant pour une approche participative, «adoptée afin de bénéficier de toutes les énergies du pouvoir judiciaire pour assurer le succès des mesures prises par les institutions centrales concernées».

Par ailleurs, le Club des magistrats souligne la nécessité «d’impliquer les associations professionnelles de juges et toutes les instances professionnelles liées à la justice dans les efforts et les mesures prises pour assurer la participation de tous à cette mobilisation nationale».

Le communiqué recommande également de «redoubler d’efforts pour inciter à utiliser les moyens électroniques disponibles – ce qui n’a aucun effet sur un procès équitable – et élargir autant que possible la portée de leur utilisation pour éviter de se tourner vers les tribunaux, en attendant la légalisation du processus à l’avenir».