Mohammed Ennaji (sociologue): #Soisunhomme, "un phénomène qui se nourrit de religion"

3429

Depuis plusieurs jours, un hashtag appelant les hommes à empêcher leurs femmes de porter des « tenues indécentes » fait polémique. Malgré son côté misogyne, la campagne a eu un écho favorable auprès de certains internautes marocains. Simple effet de buzz ou montée du conservatisme chez la société marocaine? Mohammed Ennaji, professeur de sociologie à l’Université Mohammed V de Rabat répond à nos questions.

  • H24Info: Que pensez-vous de la campagne « #Soisunhomme », lancée sur internet et incitant les hommes à couvrir leurs femmes et filles?

Mohammed Ennaji: J’en pense ce qu’en pensent les gens épris de liberté et de démocratie. C’est une campagne immonde qui fait de la femme un objet et non pas un être humain. Je pense qu’elle révèle les représentations de secteurs malheureusement jeunes de notre société, qui expriment leur marginalité et leur exclusion par des sentiments de haine vis-à-vis des catégories fragiles de notre société, notamment la femme. La femme est fragile dans ce sens parce que dans la rue les harceleurs et les prêcheurs s’en prennent à elle facilement.

  • Est ce que ce phénomène est récent ou est-il ancré dans le comportement social des Marocains ? 

Non absolument pas, il n’est aucunement récent. Il se nourrit malheureusement de religion. N’est-ce pas que le texte sacré dit : « Ne vous montrez pas dans vos atours  comme le faisaient les femmes au temps de l’ancienne ignorance.» (CORAN, XXXIII, 33). Ce n’est pas rien de pouvoir justifier de tels comportements scandaleux par une telle référence qu’on ne peut nier. Il faudra donc prendre très au sérieux ce qui se passe et faire face aux menaces par la répression de ceux qui sont derrière. Mais ça reste insuffisant, c’est la place des textes religieux à commencer par le Coran dans nos lois, mais aussi dans notre comportement, qu’il faut aborder.

  • Que faut-il faire selon vous pour changer les mentalités?

Je ne dis pas qu’il faille changer des versets, mais si je puis dire il faudra qu’on les neutralise par le biais de lois qui interdisent et punissent sévèrement ce que ces textes prônent. Sans ça nous resterons encore longtemps sous l’emprise de fanatiques qui vont continuer à se prévaloir des textes en question.