Vidéo. Mohamed Boussaid: « Le PLF 2018 est à forte vocation sociale »

1533

Le ministre des Finances Mohamed Boussaid a présenté, ce jeudi à Rabat, les grandes lignes du Projet de la loi de finances 2018, en insistant sur sa « forte vocations sociale ». Détails. 

Le ministre des Finances Mohamed Boussaid a présenté le projet de loi de finances 2018, ce jeudi 26 octobre au siège du ministère à Rabat. Une conférence qui a été marquée par la présence de Faouzi Lakjaa, directeur du budget au ministère de l’Economie et des Finances.

Faisant référence aux récents limogeages de quatre ministres par le roi Mohammed VI suite à la sortie du rapport de la Cour des comptes sur les retards des projets du programme d’Al Hoceima Manarat Al Moutawassit, le ministre des Finances explique que les retards ne dépendent pas « d’un manque de financement mais sont dus à la faiblesse du suivi des projets ».

Pour cette raison, le roi a ordonné de créer « une cellule au sein du ministère des Finances et au ministère de l’Intérieur  pour suivre les projets », a rappelé le ministre.

2017: année positive

Mohamed Boussaid est revenu sur la conjoncture internationale de l’année financière 2017, avec un durcissement des conditions financières globales suite à un resserrement plus rapide que prévu de la politique monétaire américaine et des inquiétudes entourant les négociations des conditions de la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

Au niveau national, le ministre se réjouit d’une « demande extérieure qui s’améliore, et un taux de croissance de 4%, notamment suite à l’amélioration de la valeur ajoutée agricole de 15,9% au premier semestre de l’année 2017, contre -11,9% au même semestre de 2016. Boussaid note aussi une hausse de 187% de production agricole, soit le triple de l’année 2016, « 4e meilleure production depuis le lancement du Plan Maroc vert », selon le ministre RNI.

Mohamed Boussaid fait remarquer un ralentissement du taux d’inflation à 0,6% durant les 9 mois de 2017, contre 1,6% en 2016, un indice « bon pour le consommateur, mais désavantageux pour les agriculteurs producteurs », selon Mohamed Boussaid.

Une légère hausse de taux de chômage de 9,1% à 9,3% est à signaler, « d’où l’intérêt réservé par le dernier discours royal à l’emploi et aux jeunes », affirme Mohamed Boussaid.

PLF 2018: la vocation sociale

Le projet de loi de finances 2018 est « volontaristes et à « forte vocation sociale », insiste Mohamed Boussaid. Le gouvernement vise un taux de croissance de 3,2% avec comme priorité « l’appui aux secteurs sociaux: l’enseignement, la santé et l’emploi ». Mais également au développement d’industrialisation et le soutien aux PME et la réforme de l’administration, point vivement relevé dans le dernier discours du trône.

Mohamed Boussaid a ainsi justifié la vocation sociale « sans précédent » du PLF 2018: « Nous voulons une école publique de qualité, mais on ne peut pas l’avoir avec un sureffectif dans nos classes », estime Mohamed Boussaid, qui annonce l’ouverture de 55 000 postes budgétaires dans le secteur de l’Enseignement, une hausse budgétaire de 5 milliards de dirhams par rapport à l’année 2016, avec un total de 113 693 milliards de dirhams.