Mohamed Abdellah, l’autre fausse identité utilisée par Brahim Ghali en Espagne

4136
Ibrahim Ghali, chef du Front Polisario. ©DR

On en sait un peu plus sur les conditions rocambolesques dans lesquelles le chef des séparatistes, Brahim Ghali, s’est rendu en Espagne.

Le leader du Front Polisario, Brahim Ghali, a non seulement utilisé un passeport diplomatique algérien pour se rendre en Espagne, mais il a également du atterrir sur un aérodrome militaire pour fuir les contrôles. C’est ce que vient de révéler la radio espagnole Cadena SER, citant des source policières.

« Des sources policières confirment à Cadena SER qu’il est arrivé d’Algérie à Saragosse dans un avion présidentiel militaire algérien et qu’il a atterri à la base militaire de Saragosse pour éviter les contrôles et surtout tout type de fuite médiatique, comme cela s’est finalement produite, rapporte le média ibérique.

 

Lire aussi: La justice espagnole envisage d’émettre un mandat de perquisition contre Brahim Ghali

 

Après son arrivée à la base militaire, son transport à l’hôpital de Logroño a également été minutieusement préparé par les autorités espagnoles pour éviter tout problème sur la route. Le gouvernement espagnol lui a même préparé un sauf-conduit au cas où le convoi transportant le leader séparatiste aurait été arrêté.

Dans ce qui s’apparente à une décision unilatérale du gouvernement, la réception de Brahim Ghali n’a pas été du goût des sécuritaires du pays ibérique. Le ministère de l’Intérieur espagnol aurait même envisagé d’autre pays pour accueillir Ghali, dans le but d’éviter tout affrontement diplomatique entre les deux pays.

« «El Confidencial» assure ce matin que Brahim Ghali a utilisé jusqu’à deux fausses identités pour entrer à l’hôpital de Logroño où il se trouve. Il était enregistré sous le nom de Mohamed Benbatouch, né le 19 septembre 1950, mais dans deux dossiers médicaux, il apparaît comme Mohamed Abdellah, né le 12 février 1950″, ajoute également Cadena SER.