Microsoft veut investir le marché de « l’e-Santé » au Maroc

287

La réforme du système de santé est au cœur des préoccupations de l’opinion. Et si certains se montrent réticents quant à la privatisation de plus en plus accrue du secteur, il se trouve que le processus digital l’impose. La e-Santé, ou santé numérique, devenue désormais incontournable, est un marché encore en friche. Et au Maroc, c’est Microsoft qui veut occuper le terrain vide.

« Les progrès liés à la recherche et à l’adoption de technologies avancées dans le domaine de la santé ont permis de mieux appréhender les subtilités de la santé humaine. A cet égard, des évolutions notables ont été constatées en Afrique », indique Microsoft dans un communiqué.

Partout, poursuit la même source, l’intégration de la technologie dans le but d’améliorer l’efficacité des soins est devenue exponentielle. D’ailleurs, le marché des logiciels, du matériel et des services liés à l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé devrait dépasser les 34 milliards de dollars dans le monde à l’horizon 2025, relève-t-on.

« Pour améliorer la qualité des soins grâce à la technologie, Microsoft a décidé de nouer des partenariats avec des organisations qui possèdent une expertise dans ce domaine et d’identifier les équipes qui partagent les mêmes passions et les mêmes idées », a déclaré Hicham Iraqi Houssaini, directeur Pays au sein de Microsoft Maroc.

Et d’ajouter que « cela nous a permis de créer une large gamme d’outils et de solutions intégrés au sein du cloud et qui se rapportent à de nombreux aspects liés au développement et à la fourniture de soins de santé efficaces ».

Applications obsolètes

En effet, après un examen plus approfondi, le personnel et les bénévoles se sont rendus compte que les anciens outils qui étaient utilisés auparavant n’étaient plus assez efficaces pour continuer à permettre le bon fonctionnement du programme. Et pour cause, le personnel était amené à recueillir une trop grande variété de données, qu’il s’agisse des taux d’occupation, des temps de transfert, des délais entre les consultations initiales, des réunions multidisciplinaires, des plans de traitement et des types de médicaments destinés à chaque patient.

«Grâce à Power BI, chaque équipe de soin est désormais en mesure d’extraire, de manière très efficace, des données par le biais de sources très diverses qui sont élaborées à partir de bases de données, de feuilles de calcul Excel et de documents Word».

En outre, l’utilisation de la solution Power BI a permis l’identification d’autres problèmes liés aux procédures et qui compliquaient jusqu’ici les process de soins qui étaient apportés aux patients.

Une connaissance détaillée des types de médicaments utilisés par les centres et de leurs besoins a permis au personnel de mieux affiner ses prestations. Cela a également permis de tirer des enseignements utiles qui ont contribué à fournir encore plus rapidement aux patients les médicaments nécessaires à leur traitement.

Optimisation du temps de travail

La solution Power BI offre aussi l’avantage d’optimiser les heures de travail réalisées par les fonctionnaires non rémunérés. En effet, des tableaux de bord affichent les heures travaillées par chaque volontaire et les différentes tâches accomplies à même d’être informé en permanence sur quel type d’assistance est nécessaire.

De même, lorsque le tableau de bord révèle une pénurie de volontaires, il est possible de recruter automatiquement afin de combler les lacunes éventuelles.

« Alors que le continent continue à évoluer dans le sens d’une transformation numérique, nous espérons assister à davantage d’intégration et de succès grâce à la technologie. Pour ce faire, nous continuons à travailler étroitement avec les partenaires et les clients de l’ensemble du secteur afin de faire en sorte que les praticiens et les patients soient en mesure de réaliser et de recevoir davantage », a conclu Houssaini.