#Metoo: au Maroc aussi les femmes dénoncent le harcèlement sexuel

2373

Depuis que les actrices d’Hollywood sont sorties de leur silence, toutes les femmes souhaitent à présent dénoncer le harcèlement sexuel sous toutes ses formes. L’affaire Weinstein semble avoir éveillé les consciences.

Lorsqu’une actrice a dénoncé le mauvais comportement du producteur hollywoodien, de nombreuses célébrités ont suivies le mouvement et sont montée au créneau pour dénoncer l’industrie du showbusiness.

Plus encore, le silence des femmes n’est pas anodin, pourquoi parler si c’est pour prendre le risque de ne pas être écoutée, pire, de briser sa carrière avait-on pu lire dans quelques articles.

Aux Etats-Unis, en France, au Maroc et dans d’autres pays, les hashtags #Metoo, #moiaussi ou encore #balancetonporc se sont placés en tête des tendances sur Twitter.
Au Maroc également les femmes internautes se sont exprimées pour dénoncer le harcèlement sexuel. A tout âge, dans n’importe quel contexte, certaines témoignent, d’autres font preuve de solidarité. On retrouve des actrices, des journalistes et des femmes de tous milieux confondus. Florilège.

 

“#MeToo
“This is far from just an American issue.
If all the people who have been sexually harassed or assaulted wrote “Me too” as a status, we might give people a sense of the magnitude of the problem.
So, yes, ME too. HER too. YOU too.
SO MANY OF US.”
Please copy/paste.”

“Me too.
If all the women who have been sexually harassed or assaulted wrote “Me too” as a status, we might give people a sense of the magnitude of the problem.
Please copy/paste.
#metoo”

« Si on veut partager des #metoo, je propose qu’on parle aussi des réactions de certains flics quand tu vas porter plainte pour harcèlement ou coups. Je ne mets pas tout le monde dans le même panier mais celle que j’ai eue (après m’être faite tabasser puis harceler par un mec que je fréquentais) a été : “mais qu’est ce que vous lui avez fait pour qu’il fasse ça ? c’est quand même pas venu comme ça”. Voilà, on s’étonne après que les femmes n’osent pas aller porter plainte. Ça m’a rendue dingue, je suis finalement partie du commissariat en claquant la porte et sans inquiéter le connard qui m’avait fait ça. »

« #metoo évidams.
C’est partout, c’est tout le temps, c’est dans la rue, dans le métro, au café, au supermarché, c’est dans les regards trop longs, dans les sourires inappropriés, dans les frôlements et les bousculades, c’est dans les insultes et l’incrédulité qu’on se prend dans la gueule quand on a décidé de se battre et de répondre, coûte que coûte. C’est ne pas oser écrire ce post, ne pas oser en parler de peur de pas être cru, de pas être compris, de pas savoir expliquer en quoi c’est asphyxiant, en quoi, oui, c’est grave.
Non on n’exagère pas, non on crie pas au loup, non on l’a pas bien cherché, non j’ai pas mis cette tenue exprès pour me prendre ta réflexion/regard/respiration de fdp, d’ailleurs même habillée en sac poubelle ça change rien.
Ravie de voir que la parole se libère mais qu’on soit bien clairs: je suis inconditionnellement féministe. Pour autant, tous ces témoignages ont une valeur universelle; ils ne doivent pas être lus ou compris comme des contestations issues de tel ou tel mouvement. Tout le monde est concerné. J’objecte à faire partie de l’armée des femmes en lutte juste parce que je suis une femme. Je suis enrôlée dans l’armée des femmes en lutte parce que c’est une quête pour la considération, le respect et l’égalité entre les sexes. C’est pas les femmes contre les hommes. C’est tout le monde contre une culture sociale patriarcale qui perpétue la culpabilisation et le silence.
Et bonne journée »

“#MeToo #وأناأيضا
#MoiAussi Au nom de toutes mes cousines et mes amies invisibles!”

“#metoo
Bon, je crois en La capacité des réseaux sociaux à faire réagir autant que je crois en l étanchéité de certains cerveaux mais … faisons le.
Ce hashtag c est pour dire que vous aussi en tant Que femme vous avez été victimes d harcèlement (moral, sexuel etc).
Je ne vais pas citer de nom car je n ai ni La mémoire ni l espace, mais je veux juste dire que les psst que j entend dans la rue, me dérangent moins que le harcèlement (sexuel car c est lie au fait que je soit une femme), Que jai subit de la part de mon entourage, professionnel, familial, social etc…
On a préféré ne pas me demander mon point de vue, car je réfléchissait “plus avec les sentiments” puisque je suis une femme….
On a refuser de m accorder certaines responsabilités, car c était une grosse charge de travail, on ne veut pas prendre le risque Que je croule sous le boulot, un homme a les épaules plus solides….
On a refuser de me louer une voiture, et demande si la personne (masculine) avec moi pouvait pas le faire plutôt, car … les femmes conduisent moins bien….
On a remis en doute ma capacité à être responsable et gérer ma vie, car j aime le vin, danser et être à l extérieur de ma maison….
On a remis en cause tout ce que je représente parce qu après des relations sentimentales de longue durée, je suis tjs célibataire ( si j étais sal7a j aurais été mariée ? )
On m a laisse attendre et fait passer des gens devant moi dans des endroits public parce que j ai pas La même capacité de nuisance qu un homme, si ça devait lui arriver
On me demande si je suis mariée, Chez le médecin, chez les administrations, chez La famille, chez les amis, chez les inconnus chez tout ce qui devrait se mêler de son cul.
Je suis la victime potentielle de tous les corps de métiers auxquels je peux avoir recours dans ma vie quotidienne car en tant que femme, je suis supposée être ignorante en plomberie, menuiserie, mécano, informatique, et j en passe…
Quand je suis au resto avec un ami et Que le serveur arrive en lui donnant directement l addition, car techniquement, IL ME SORT.
J ai été suivie dans un hôtel ou je logeais pour Que le réceptionniste s assure que j étais pas en train de rejoindre un client dans sa chambre, mais Que ma petite robe voulait juste dire que j étais en soirée.
Je peux écrire jusqu’à l année prochaine, et jai certainement oublié des centaines d exemples…
On vit dans une société patriarcale qui nous impose d être confinés à certains rôles, de ne pas approcher certains domaines et de préserver notre utérus pour enfanter et notre cerveau pour déterminer le menu de la semaine pour la famille….
Si qlqun doute encore de la capacité d une femme à supporter La douleur entre autre … qu’il test une épilation du maillot, des contractions de règles ou un accouchement :)”

“Mon Facebook est rempli de #MeToo. Des amies, des collègues, des connaissances.
Ça me rend profondément triste.
J’ai envie de nous prendre une à une dans les bras. Cette initiative virtuelle de grande ampleur révèle ce qu’on ne dit pas, ou juste à nos meilleures copines à trois heures du matin après trois bouteilles de vin. On commence souvent par “moi aussi, il m’est arrivé ce truc pas cool dont j’aime pas trop parler….”
Les agressions sexuelles sont une réalité pour nous toutes. C’est pas nouveau, pas du tout. Mais peut-être que les choses sont en train de changer ces temps-ci et que ça passe par le monde 2.0. J’ose y croire en tous cas.
Merci les filles pour tous les témoignages. Ça secoue mais ça réveille.”

 

 

Plurielle.ma