Melilla: l’Algérie coordonne avec L’Espagne pour mettre la main sur les mosquées

2108

Avec la bénédiction de Madrid, Alger est en passe de mettre un pied dans le champ religieux du préside occupé de Melilla. En coordination avec un acteur associatif local sous le nom «Commission islamique Annur de Melilla», l’Algérie compte contrôler les mosquées de la ville.

 

Les mosquées de la ville de Melilla sont sur le chemin de passer sous la tutelle de l’Algérie. L’information publiée par le quotidien arabophone Assabah vient d’être confirmée par le site d’information El Espagnol.

Les autorités espagnoles de Melilla et des éléments des services des renseignements algériens multiplient les rencontres secrètes dans ce dessein.

Selon le quotidien marocain, une rencontre avait réuni des Marocains affiliés à l’association présidée par Youssef Kaddour Adda (Commission islamique Annur de Melilla), des Algériens et des Espagnols, pour convenir des dispositions urgentes afin de «s’emparer des mosquées de Melilla».

Dans la même veine, notre confrère Yabiladi a essayé de répondre au pourquoi de cette action entreprise par cette association locale. L’article de Yabiladi s’interroge: les musulmans de Melilla seraient-ils en train de riposter à la fermeture par le Maroc de sa frontière commerciale avec l’enclave espagnole?

 

Lire aussi: Bourita interdit aux officiels la visite ou le transit par Ceuta et Melilla

 

Selon la même source, l’initiative de la «Commission islamique Annur de Melilla» a vu le jour avec l’objectif affiché de contraindre Rabat à revenir sur sa décision.

Considérant qu’il s’agit d’un coup de poker joué par cette association, l’article de Yabiladi affirme en citant El Espagnol que «l’instance religieuse, présidée par Youssef Kaddour Adda, s’est tournée directement vers l’Algérie».  « Son offre à des représentants officiels du voisin de l’Est est simple : du commerce en échange d’ouvrir les portes des mosquées de la ville aux imams algériens à la place des Marocains», ajoute la même source.

Citant une source locale de la vile de Nador, Yabiladi estime que «le jeune président de la CIAM ne serait pas le véritable auteur de cette main tendue aux Algériens, mais juste un exécutant ».

«Avant de s’envoler mercredi 9 octobre à Valence pour y rencontrer la présidente de «Maison Algérie», Houria Sehli, également représentante du Front de Libération Nationale en Espagne, Youssef Kaddour s’est réuni d’abord avec des responsables espagnoles à Madrid pour préparer la rencontre avec l’Algérienne», soutient la même source.

Et d’ajouter que la discussion a porté sur «les thèmes du commerce, des frontières et des mosquées», comme l’a bien reconnu Sehli dans une déclaration à la publication en ligne El Espanol.

A noter dans ce sillage, qu’un projet portant sur une liaison maritime entre Melilla et le port d’El Ghazouet a été également au menu des entretiens. Outre les Algériens qui ne ménagent pas d’effort pour mettre un pied dans le champ religieux du préside occupé, les Turcs sont aussi de mise dans le même objectif.