H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Un père de famille casablancais s’est vu refuser l’inscription de son petit garçon auquel il a donné le prénom amazigh de »Massine”. Arguant que le prénom ne figurait pas sur la liste des prénoms autorisés au Maroc, les registres de l’Etat civil d’une circonscription de Maârif ont rejeté l’enregistrement.

    Cinq ans après l’adoption de la Constitution 2011 qui reconnaît la langue amazighe comme langue officielle du Maroc, les autorités continuent d’être réticentes pour ce qui touche l’inscription des prénoms amazighs sur les registres de l’état civil. De nombreux pères de famille se voient ainsi interdire leurs choix de prénoms. C’est le cas de Lahcen Oubass, qui s’est vu refuser par les fonctionnaires de la circonscription de Maarif d’enregistrer son enfant à l’état civil, prétextant que son prénom ne figurait pas sur la liste des prénoms autorisés au Maroc.

    « Les fonctionnaires m’ont d’abord demandé la signification du prénom « Massine ». Puis, ils m’ont tout simplement dit que le prénom était refusé puisqu’il ne figurait pas sur la liste des prénoms autorisés au Maroc » nous a confié Lahcen Oubass. »Sur la liste en question, le prénom Massine Ilian est refusé. Ils ont donc conclu que Massine le serait aussi”, a-t-il ajouté.

    Et de préciser: « Le prénom Massine n’est pas interdit, il a déjà été donné à plusieurs enfants et il existe dans la liste du ministère de l’Intérieur qui a été actualisée en 2010, les responsables dans cet arrondissement ne l’ont tout simplement pas actualisé. En dépit de mon insistance, l’agent de l’état civil a refusé en me demandant de lui apporter la preuve selon laquelle le prénom choisi n’est pas interdit»

     

    Le père de Massine refuse d’abandonner. Il a d’ailleurs contacté la fédération nationale des associations amazigh et a envoyé un courrier au chef du gouvernement et au ministère de l’Intérieur pour examiner son cas.

    Share.

    Comments are closed.