Marrakech: trois restaurants transformés en boites de nuit fermés, les gérants arrêtés

1336
Image d'illusration

Trois gérants de restaurants ont été interpellés par les gendarmes de Bab Doukkala, à Marrakech, mercredi dernier pour non-respect des mesures sanitaires. Ils ont été déférés jeudi dernier, en état d’arrestation, devant le juge général. 

Trois restaurateurs qui avaient transformé leurs établissements en boîtes de nuit, le couvre-feu nocturne passé, ont été interpellés mercredi dernier par les gendarmes de Bab Doukkala, à Marrakech, rapporte le quotidien Assabah. Les trois mis en cause ainsi que des clients présents sur les lieux ont été déférés jeudi dernier, en état d’arrestation, devant le parquet général, accusés d’avoir violé l’état d’urgence sanitaire.

Alors qu’ils opéraient une campagne de contrôle dans la soirée mercredi dernier, les services de la gendarmerie ont pris en flagrant délit des gérants de restaurants qui avaient transformé l’espace en boîtes de nuits et servaient des boissons alcoolisées plusieurs heures après la fin de l’horaire légal fixé par les pouvoirs publics en cette période de couvre-feu nocturne.

Selon les sources proches de l’enquête, le commandant du centre judiciaire de la gendarmerie de Bab Doukkala a supervisé cette opération qui a permis d’interpeller trois gérants de restaurant.

 

Lire aussi : Marrakech: des propositions de la FNTT pour accompagner la décision de reprise des vols

 

Les trois mis en cause ont été poursuivis pour non fermeture du local à l’heure fixée par les autorités, rébellion contre le couvre-feu nocturne et non imposition des règles sanitaires aux clients. Ces derniers ont d’ailleurs été verbalisés pour certains, conduits au siège de la gendarmerie pour d’autres, où ils ont été poursuivis pour non respect des mesures préventives contre le coronavirus et violation du couvre-feu nocturne.

Tous été libérés dans la soirée, ils ont néanmoins été sommés de se présenter, le lendemain, devant le parquet général.

De son côté, le ministère public devrait alors statuer sur le sort réservé aux gérants des restaurants qui ont violé le couvre-feu nocturne.

Pour rappel, les violations de l’état d’urgence sanitaire sont courantes dans la banlieue de Marrakech. Récemment, dans une discothèque située dans la région de Tassaltant, 32 personnes ont été interpellées dont des filles mineures en plus du gérant, des serveurs et quelques clients après la fuite de la majorité d’entre eux.