Un Marocain premier aumônier musulman francophone de l'armée canadienne

©CBC Canada

Par Mohamed Koné

Bientôt couronné d'un diplôme en théologie, Jalal Khaldoune veut «montrer aux autres qu’un musulman, c’est quelqu’un d’ouvert, de tolérant, de simple, de libre comme eux».

La quarantaine bien entamée, Jalal Khaldoune s’apprête à devenir l’un des quatre seuls aumôniers militaires musulmans du Canada. Egalement souvent chrétiens et juifs, ces officiers ont pour mission de répondre aux besoins spirituels et religieux des militaires et leurs familles. Et dans le cas de ce Marocain d’origine, «c’est un rêve qui se réalise», rapporte CBC Canada. Pourquoi Jalal khaldoune a-t-il choisie d’embrasser cette voie?

C’est après l’obtention d’un master en Suisse en 2001 que Khaldoune va s’installer à Québec pour poursuivre des études doctorales à l’Université Laval. Il occupe différentes fonctions scientifiques au sein de l’institution et pour le gouvernement fédéral, avant d’obtenir la citoyenneté canadienne en 2005. «Comblé» par sa vie au Canada, le scientifique spécialiste de l’environnement veut faire quelque chose qui soit à la fois prestigieux et une façon de montrer sa gratitude envers ce pays. Il décide alors de devenir aumônier militaire afin de pourvoir «servir tout le monde».

Le chemin n’est pas facile pour celui qui s’enrôle à 40 ans, un âge considéré comme avancé pour l’entraînement de base. Mais Khaldoune ne renonce pas: «je me suis entraîné avec des jeunes, et j’ai réussi, (…) mieux que la moitié du peloton». Le Maroco-canadien est surtout motivé par sa volonté de briser les préjugés et les mauvaises idées reçues sur l’islam. «Pour moi, c’est une richesse, et je veux la partager avec les autres. Je veux leur montrer qu’un musulman, c’est quelqu’un d’ouvert, de tolérant, de simple, de libre comme eux», explique, confiant, celui à qui il reste deux semestres pour achever son master en théologie.