Le Marocain Khalid Chaouki élu à la tête du Conseil d’administration du Centre islamique de Rome

Le député d’origine marocaine Khalid Chaouki a été élu mardi à la présidence du Conseil d’administration du Centre culturel islamique (CCI) de Rome, dont la mission phare consiste à promouvoir les contributions positives de la communauté musulmane.

Son compatriote Abdellah Redouane a été reconduit au poste de secrétaire général de cette institution au cours de cette même séance. A cette occasion, Chaouki a souligné le rôle assumé par le centre pour garantir les droits de la communauté musulmane en Italie et mettre en évidence les apports de ses membres dans des domaines notamment religieux et éducatif, avec un accent particulier sur la deuxième génération d’immigrés.

« Le centre islamique de Rome va se pencher sur des dossiers d’une importance capitale comme la reconnaissance des droits de la communauté musulmane, la promotion des programmes culturels et la formation des imams », a-t-il déclaré à la MAP. Selon lui, il est temps d’agir pour une véritable intégration des musulmans au sein des différentes institutions italiennes, mais aussi dans la société civile.

A cet égard, il a indiqué que le CCI va coordonner avec le ministère de l’Intérieur afin de signer une convention sur la reconnaissance de la minorité musulmane conformément aux finalités de la Constitution de l’Italie. Le Centre, a-t-il expliqué, place au rang de ses priorités la défense des droits de la communauté qu’il représente dans le domaine de l’enseignement, à commencer par le droit à l’éducation religieuse.

Il sera aussi question de la garantie des droits des travailleurs, la lutte contre l’islamophobie et le droit d’accès aux programmes médiatiques publics. De l’avis du nouveau président, le CCI devra jouer un rôle social de premier ordre par un engagement accru contre la désagrégation familiale avec l’appui d’organismes italiens, l’objectif étant de prémunir les musulmans contre les risques d’extrémisme et de délinquance. Le Maroc dispose d’importantes initiatives en la matière, a-t-il fait observer.

L’ambassadeur du Maroc en Italie, Hassan Abouyoub, a de son côté indiqué que l’élection du Conseil d’administration du CCI représente un moment historique en ce sens que la communauté musulmane éprouve un besoin pressant en termes d’amélioration du dialogue institutionnel entre l’Etat et les composantes du champ religieux. Le centre islamique de Rome sera une partie prenante dans ce dialogue soutenu de l’actuel gouvernement italien, a-t-il ajouté, affirmant qu’une telle présence reflète les efforts de tous ceux qui œuvrent à faire en sorte qu’un consensus puisse prévaloir dans le dialogue religieux.

C’est ce climat d’entente qui, a-t-il lancé, devra constituer un prélude pour une convention entre l’Etat et la communauté musulmane. Fondé en 1966, le CCI est le seul organisme islamique reconnu par l’Etat italien en vertu d’un décret du président de la république en 1974. Ce centre abrite la plus grande mosquée en Europe.